Lutgen envisage des alternatives au gavage des oies et des canards pour le foie gras

La Région wallonne va financer une étude visant à trouver des alternatives à la pratique du gavage. Benoît Lutgen (cdH), ministre wallon de l’Agriculture, appellera les universités et les écoles de cuisine à élaborer des projets et le plus intéressant sera financé. GAIA s’est félicité de cette décision.
Benoît Lutgen lancera, au début de l’année prochaine, un appel aux universités et écoles de cuisine afin qu’elles soumettent des projets alternatifs au gavage, pour la production de foie gras. Le meilleur projet bénéficiera alors d’un budget pour se développer. Le ministre wallon suit ainsi une recommandation européenne datant de 1998. Celle-ci préconise la mise en œuvre de procédés qui permettent d’éviter le gavage.
GAIA, l’organisation de défense des animaux, a qualifié l’initiative de Benoît Lutgen d’ » exemplaire ». L’organisation lutte en ce sens depuis des années et a même commercialisé sa propre alternative au foie gras. Il s’agit du Faux Gras, un produit entièrement végétal. « GAIA salue l’appel à projet de Benoît Lutgen, qui représente un pas important dans la bonne direction. La France, mais aussi la Flandre,
devraient prendre exemple sur cette décision », précise Ann De Greef, directrice de GAIA. Le gavage est interdit dans 12 pays de l’UE. La Belgique reste l’un des rares pays où l’on produit encore du foie gras. La pratique consiste à gaver les canards ou les oies à l’aide d’une machine pneumatique afin d’obtenir un foie plus gros que la normale, ce qui occasionne une grande souffrance aux animaux.