Reynders à l’Otan « plus pour écouter que pour parler »

Le nouveau ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a été, dès le lendemain de sa prestation de serment, plongé dans le vif du sujet, en participant à sa première réunion ministérielle de l’Otan, consacrée notamment à l’Afghanistan et au Kosovo, ainsi qu’aux délicates relations entre l’Alliance atlantique et la Russie.
« Je suis venu plus pour écouter que pour parler », a-t-il prévenu dès son arrivée au siège bruxellois de l’Otan, après avoir assisté à la Chambre à la lecture de la déclaration gouvernementale par le Premier ministre Elio Du Rupo.
Le nouveau chef de la diplomatie belge est pourtant un habitué des réunions internationales, mais plutôt celles consacrées aux questions économiques et financières, après douze ans passés à la tête du ministère des Finances.