Ligue 1: Montpellier s’incline et fait le bonheur du PSG

Ce n’est sûrement pas cette semaine qu’Antoine Kombouaré sera débarqué de son poste d’entraîneur du club de la capitale. En enregistrant un deuxième succès d’affilée, le technicien kanak a prolongé son sursis et peut espérer résister jusqu’à la trêve hivernale.

Difficile de dire si cet enchaînement de victoires rehaussera le crédit de Kombouaré auprès de ses dirigeants qataris et du directeur sportif Leonardo, jusqu’ici décidés à s’en débarrasser. Mais le PSG est bel et bien relancé après un gros trou noir et navigue toujours au sommet de la L1.

La fenêtre de tir pour limoger Kombouaré n’est donc pas idéale pour les responsables parisiens d’autant que ses joueurs ne l’ont visiblement jamais lâché, réalisant une belle prestation d’ensemble face à de faibles Sochaliens, une semaine après s’être arrachés contre Auxerre (3-2).

Symbole de la renaissance du PSG, c’est Gameiro, muet depuis près de 2 mois (aucun but en championnat depuis le 16 octobre), qui a offert le succès aux siens, sa 9e réalisation en championnat.

MONTPELLIER: PREMIer revers DEPUIS LE 24 SEPTEMBRE

La défaite de Montpellier, méconnaissable à Valenciennes, a rendu la soirée parisienne encore plus belle. Un revers en forme de terrible coup d’arrêt puisqu’il fallait remonter au 24 septembre pour trouver trace d’une défaite des Héraultais.

L’OM TRÉBUCHE ENCORE

Quatre jours après le miracle de Dortmund en Ligue des champions, les héros marseillais étaient fatigués et ont buté sur Bordeaux au Vélodrome (0-0). Didier Deschamps avait pourtant titularisé le sauveur Valbuena mais le lutin de l’OM a rarement fait la différence. 8e de Ligue 1, Marseille reste encore loin du wagon de tête malgré un net redressement.

Chez les outsiders, Rennes (5e), tenu en échec à domicile par Brest lors du derby breton (1-1), marque le pas alors que Toulouse (6e), qui a dominé Evian au Stadium grâce à un but in extremis d’Umut Bulut (2-1), et Saint-Etienne (7e), vainqueur de Caen (2-0), restent au contact des cadors.

En bas de tableau, Nancy (18e) et Ajaccio (20e) se sont neutralisés (2-2). Un résultat qui ne fait les affaires d’aucun des deux cancres de la L1.