Reynders flingue le populisme de Magnette et la bourde de Bertieaux

L’arrivée à Bruxelles du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), dans la perspective des élections communales de 2012 et des législatives de 2014, ne lui a rien fait perdre de sa verve, qu’il a exercée sur les ondes de Bel RTL à l’égard du « populisme » de Paul Magnette (PS) et de la « bourde » de la chef de file les libéraux bruxellois, Françoise Bertieaux. Cette dernière a éventé mercredi dans la presse l’officialisation de la venue de M. Reynders à Uccle (Bruxelles), ajoutant que le Liégeois devrait « faire du chemin » vers les particularités bruxelloises. « Une bourde de communication, c’est évident… Ca arrive en politique de temps en temps. C’est surtout dommage pour le président du parti (Charles Michel), parce que nous avions prévu d’organiser la communication ensemble », a relevé Didier Reynders.