Benoît Lutgen lance son “Modèle fédéré de protection sociale”

Avec ces transferts de compétences, ce sont pas moins de 14,4 milliards qui devront être gérés au niveau des Régions wallonne et bruxelloise, soit 15 % de la sécurité sociale fédérale rapporte Le Soir.

Pour faire face à ce défi, Benoît Lutgen propose la création d’un modèle fédéré de protection sociale aussi appelé “ modèle fépros ”.

Celui-ci serait géré par “ les représentants des syndicats, des employeurs, des différents gouvernements (via des commissaires du gouvernement) qui ont tous déjà les choses en main pour ce qui concerne le système de sécurité sociale à l’échelon fédéral ”, explique Benoît Lutgen dans un entretien au Soir “ Nous avons travaillé Wallons et Bruxellois ensemble et des contacts informels ont eu lieu avec l’ensemble des partenaires, mutuelles, syndicats, patronat... ”, précise le président du cdH.

Comme solution alternative, un organe administratif ou étatique aurait pu être imaginé, mais “ cela coûterait beaucoup plus cher ” et obligerait les gens à choisir entre Wallonie et Bruxelles, souligne-t-il encore.

Benoît Lutgen opte donc pour une option francophone alors que le ministre PS wallon Jean-Claude Marcourt a, lui, insisté sur une dynamique régionale.