En 2011, les TEC ont payé 800.000 € aux syndicats malgré... 25 grèves

Chaque année, les TEC payent des crédits d’heure (entre 8.000 et 11.000 unités) pour que des représentants des travailleurs puissent mener leur mission syndicale au sein de la société. En 2011, cela a coûté 250.000 € aux TEC.

Par ailleurs, les directions de bus prennent également en charge les salaires des délégués, pour un total de 400.000 € par an. Enfin, il faut ajouter à tout cela les heures de conciliation régionale qui sont de plus en plus nombreuses depuis la mise en route du programme Amedis, censé améliorer le dialogue sociale. “ Au total, on n’est pas loin des 800.000 € par an payés par les TEC aux syndicats, nous dit-on dans une direction régionale des TEC, tout cela pour des résultats médiocres, car souvent, les délégués et les permanents sont dépassés par leur base, qu’ils ne contrôlent plus. ” Willy Borsus, lui, pense qu’il est temps de mettre un terme à ces aides. “Je demande au ministre de supprimer toutes ces aides aux syndicats, c’est du gaspillage d’argent que l’on pourrait utiliser pour améliorer le réseau et limiter les prix, souligne-t-il, n’oublions pas que les tarifs des bus ont augmenté trois fois en très peu de temps. ” Le ministre Philippe Henry n’est pas d’accord. “ On peut faire mieux, mais il y a de gros progrès, ce n’est pas le moment de casser le dialogue social. ” Demetrio Scagliola