Suivez la tradition irlandaise, mesdames, demandez l’élu de votre coeur en mariage ce 29 février

Si traditionnellement ce sont les hommes qui se mettent à genoux devant les femmes en leur une bague de fiançailles, une ancienne tradition irlandaise, le “leap-day”, 29 février, permet d’inverser les rôles.

Ce jour, qui n’apparaît donc que tous les quatre ans, serait le seul durant lequel les femmes pourraient demander un homme en mariage.

Cette tradition remonte au temps où l’année bissextile n’était pas reconnue par la loi anglaise. Le jour intercalaire n’ayant alors pas de statut légal, la tradition pouvait être enfreinte.

Les années bissextiles existent depuis la mise en place du calendrier Julien par les Romains en 46 avant notre ère. Mais celui-ci, même en intercalant chaque année un jour supplémentaire entre le 24 et le 25 février, manquait de précision. Une année romaine comptait 365,25 jours et non 365,242 comme c’est le cas. Ce qui a eu pour conséquence de créer 10 jours de retard en quinze siècles.

Au XVIe siècle, le Pape Grégoire XIII instaura notre calendrier actuel avec un jour supplémentaire tous les 4 ans fixé à la date du 29 février mais en notant quelques exceptions. Les années divisibles par 100 ne sont pas bissextiles tandis que celles par 400 le sont. Par exemple, l’an 2000, divisible par 400 était bissextile tandis que l’an 1900 lui, ne l’était pas. Son but était de lutter contre la dérive de la fête de Pâques qui reculait progressivement dans le calendrier.

La tradition irlandaise ne précise pas si elle doit obligatoirement être suivie dans son pays d’origine ou si elle peut franchir les frontières. L’occasion est en tout cas donnée aux femmes de se lancer pour demander l’élu de leur coeur en mariage. Et si vous ne le faites pas cette année, mesdames, il vous faudra attendre 2016.