La taxe sur les voitures de société risque d’être contournée, selon les fiscalistes

Le chiffre de 200 millions d’euros, que le Fédéral espère obtenir grâce au nouveau régime, risque dès lors d’être revu à la baisse, rapportent mercredi plusieurs quotidiens flamands et L’Echo.

De nombreux travailleurs qui disposent d’une voiture de société vont acquérir une voiture personnelle, prévoit Koen Van Duyse.

Le secteur automobile s’adapte rapidement au nouveau régime. Les marques de luxes proposent ainsi des séries spéciales et meilleur marché pour diminuer l’impact sur les automobilistes de la hausse d’impôts.

Les travailleurs choisiront désormais des voitures moins coûteuses et abandonneront les options. “ Cela signifiera donc moins de chiffre d’affaires et moins de TVA pour l’Etat ”, souligne Christian Lambert de BMW. Ce “ downsizing ” des voitures achetées, cumulé à une chute de 7 % des volumes de ventes en neuf, pourrait mener à une perte de 100 millions d’euros en TVA pour le Fédéral sur les seules BMW, Audi et Mercedes, écrit L’Echo.