Un jeune belge sur trois a déjà vécu une expérience radicalement négative sur internet

C’est ce qu’il ressort du quatrième rapport annuel “Norton Online Family Rapport”, publié jeudi.

Pour rédiger son rapport, Norton a mené 9.888 interviews auprès de 2.956 parents, 4.553 enfants et 2.379 enseignants, dans 24 pays. Selon l’enquête, 59% des mineurs d’âge ont déjà eu une expérience négative sur internet. Pour la moitié d’entre eux (31%), il s’agissait d’une expérience “radicalement négative”. Au niveau mondial, ces pourcentages sont respectivement de 62% et 39%.

Il apparaît également que les jeunes Belges qui sont actifs sur les réseaux sociaux courent 1,5 fois plus de risque d’être confrontés à une mauvaise expérience sur internet. “Les situations négatives en ligne peuvent avoir des conséquences dans le monde réel”, explique Simone van Zuylen, porte-parole de Norton.

“Cela va du harcèlement à la perte d’argent à la suite d’une escroquerie ou après avoir donné des informations à des inconnus. Nous devons fournir le bagage et les outils à nos enfants afin de rendre leur temps passé sur internet le plus plaisant et sûr possible.” L’expérience négative la plus souvent citée est le téléchargement d’un virus informatique sur l’ordinateur de l’enfant ou de la famille (30%). Dans 23% des cas, c’est un inconnu qui veut devenir ami avec le jeune sur un réseau social. Vingt-quatre pour cent évoquent la mise en contact avec des photos, vidéos ou jeux très violents.