Chelsea-Naples: les "vieux" de Chelsea jouent leur crédibilité

A l'aller, les "Blues" s'étaient inclinés 3 à 1 dans un match que Frank Lampard et Ashley Cole avaient commencé sur le banc: un affront pour ces vétérans qui avait fini de miner l'ambiance au sein du groupe et conduit le patron Roman Abramovich à trancher au détriment du jeune manageur portugais.

Le renvoi de Villas-Boas a suscité des réactions embarrassées dans le football anglais, où la plupart de ses collègues et des commentateurs ont regretté que le "Special Two" n'ait pas eu le temps de faire ses preuves. Les joueurs se sont empressés de nier tout rôle dans les événements, tout en assumant leur part de responsabilité dans les performances décevantes du club londonien depuis le début de la saison, à l'image du capitaine John Terry.

"Parce que c'est Chelsea, les gens pensent que les anciens ont eu une grande influence. Mais je peux assurer que ce n'est pas le cas. Collectivement, nous n'avons pas obtenu de bons résultats. Malheureusement, c'est tombé sur lui", a dit le défenseur central.

Villas-Boas avait lancé une audacieuse politique de renouvellement en poussant vers la sortie Anelka et Alex, vendus au mercato d'hiver, ou vers le banc un joueur aussi emblématique que Lampard. Les cadres contestés doivent maintenant prouver que cette politique était prématurée.

Naples en grande forme

Chelsea a gagné ses deux premiers matches sous la houlette de Roberto Di Matteo, l'ex-adjoint désigné pour assurer l'intérim jusqu'à la nomination d'un nouvel entraîneur en fin de saison - le nom de José Mourinho est sur toutes lèvres.

Deux jours après la révolution de palais, les "Blues" ont battu Birmingham, une équipe de deuxième division, 2 à 0 en Coupe d'Angleterre, ce qui a permis d'entretenir l'espoir d'éviter une deuxième saison blanche d'affilée.

Le week-end dernier, les Londoniens, cinquièmes de la Premier League, ont préservé leurs chances de qualification pour la prochaine Ligue des champions en battant difficilement Stoke (1-0) grâce à un but de Drogba. Ces succès ont permis d'éteindre provisoirement le feu mais n'ont rien prouvé quand à un éventuel "effet Di Matteo", dont la tâche s'annonce autrement plus difficile face à ses compatriotes.

En pleine forme après six succès de rang, Naples se sent en effet très à l'aise avant le grand match qui doit lui offrir son premier quart de finale depuis 21 ans. Venimeux en contre-attaque, les joueurs de Walter Mazzarri se disent qu'ils marqueront bien un but à Stamford Bridge, comme ils l'ont fait à chaque match de C1 cette saison, grâce au trident Marek Hamsik, Ezequiel Lavezzi et Edinson Cavani, auteur de 43 buts cette saison, toutes compétitions confondues. Seul bémol, la défense commandée par le capitaine Paolo Cannavaro a concédé trois buts lors du dernier match, contre Cagliari (6-3). Il lui faudra être plus vigilante à Stamford Bridge.