"L'alcool n'est pas la cause du crash, et le chauffeur n'a pas voulu mettre de DVD avant l'accident"

L'alcool n'est pas en cause

Aucune trace d’alcool n’a été retrouvée dans l’organisme des chauffeurs du bus accidenté mardi soir à Sierre, d’après la société Toptours. Cette information lui a été communiquée par la police suisse, a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse tenue jeudi à Aarschot.

 

La vitesse n'est pas en cause

"L’autocar belge roulait à 50-70 km/h, bien moins que le maximum de 100 km/h autorisé dans le tunnel où s’est déroulé l’effroyable accident". Telle est la déclaration de Wilfried Van Herbruggen, le patron de l’organisme qui gère les classes de neige dans l’enseignement catholique flamand, à La Libre.

Les autorités excluent également, comme cause, une vitesse excessive.

 

Le chauffeur a-t-il voulu mettre un DVD, juste avant l'accident?

Une autre hypothèse fait débat ce jeudi après-midi: le conducteur aurait voulu mettre un dvd juste avant l’accident. Les enfants auraient fait ces déclarations à leurs parents et à des membres du personnel soignant.

Mais ce même Wilfried Van Herbruggen dément: “ Ce serait l’un des professeurs qui aurait tenté d’insérer le DVD ”.

De son côté, un porte-parole de la police suisse, cité par le journal suisse Aargauer Zeitung, parle pour l’instant de spéculation, soulignant que les images vidéos du tunnel ne montrent pas une telle manipulation de la part du chauffeur.

Notons aussi que Toptours et FBAA indiquent qu'il est impossible que les enfants aient vu le chauffeur faire une manipulation avec un DVD. Le modèle du bus ne permet pas aux enfants de voir la cabine du chauffeur.
Toptours attend les conclusions de l'enquête pour connaître les circonstances de l'accident.

 

La fatigue et un défaut technique également exclus

La fatigue est également exclue par la direction de la société Toptours. Les deux chauffeurs avaient passé la nuit sur place et s’étaient reposés pendant la journée, avant le départ, a précisé Tom Coremans, président de Toptours.
Un défaut technique semble lui aussi à exclure. Le bus en question datait de 2002 et était en ordre de contrôle technique.
Les deux chauffeurs morts dans l’accident avaient tous les deux de l’expérience dans la profession. Le premier travaillait pour Toptours depuis sept ans et avait déjà été employé par une autre compagnie. Le second chauffeur travaillait depuis deux ans dans la compagnie d’Aarschot et avait travaillé dans les transports publics auparavant. “Il n’est donc pas question de chauffeur retraité comme en faisaient état certaines rumeurs “, a déclaré Yves Mannaerts, directeur de la Fédération belge des Exploitant d’Autocars (FBAA).