Foot (D.3): saison pourrie pour Pieter-Jan Van Oudenhove (Union)

Je suis vraiment dégoûté de ce qui m’est arrivé ”, lançait celui qui portait le brassard de capitaine en terre limbourgeoise, samedi soir. “ Cette saison a été très compliquée pour moi car j’ai déjà dû surmonter une grosse blessure avec ma pubalgie et maintenant, je suis reparti pour une longue période d’inactivité. C’est vraiment difficile pour moi qui ne vis que pour le football ”, poursuit-il.

Le plus triste dans cette histoire, c’est que ses parents étaient présents à Hoogstraten lorsqu’il s’est grièvement blessé.

Comme nous jouions dans le Limbourg, ma région natale, mes parents sont venus me supporter. J’étais d’abord content car j’ai inscrit un but mais après je me suis blessé. Mon père est directement descendu des tribunes pour prendre de mes nouvelles dans les vestiaires. J’imagine qu’ils ont dû être vraiment paniqués ”, confie l’originaire de Hasselt.

C’est justement dans cette ville qu’il a été amené afin de se faire opérer. Deux jours plus tard, il sortait de l’hôpital avec dans la tête toutes les épreuves qu’il devra passer pour revenir à niveau.

Selon les médecins, je ne vais pas pouvoir rejouer d’ici trois ou quatre mois. Je devrais d’abord être immobilisé avant de commencer la rééducation. C’est un processus assez long mais c’est le football.

C’est donc au niveau du talon d’Achille que la blessure s’est fait ressentir.

Cela faisait longtemps que je ressentais une petite gêne au niveau de la cheville. Ça s’enflammait de temps en temps mais depuis un certain temps, ça allait beaucoup mieux. Durant la rencontre face à Hoogstraten, j’ai reçu un petit coup à la cheville et dix minutes après, j’ai voulu faire une accélération pour récupérer un ballon et là, j’ai entendu un “ crack”. D’abord, j’ai cru qu’un joueur adverse m’avait touché mais quand j’ai regardé autour de moi, personne n’était dans les parages. C’est alors que j’ai compris que la blessure était grave ”, se souvient Pieter-Jan Van Oudenhove.

Autant dire que la saison du milieu défensif unioniste est vraiment pourrie.

C’est vrai que je n’ai pas été épargné par les blessures cette saison. Même si cette situation est frustrante et triste, mon moral, lui, reste au beau fixe. Ce n’est pas cela qui va me freiner. Au contraire, le fait d’être sur le côté me donne une motivation supplémentaire. J’ai envie de me battre et de revenir le plus vite possible pour pouvoir retoucher le ballon et aider mon équipe.

Dans l’ensemble, l’Union n’a pas non plus été épargnée cette saison. Après la blessure de Cemal Köse, qui l’a éloigné des terrains durant presque deux mois, celle de Jero Shakpoke et maintenant, celle de Pieter-Jan Van Oudenhove, on peut dire que le club de la Butte a intérêt à vite oublier cette saison.

Il y a des saisons comme ça où rien ne va mais il ne faut pas se morfondre et essayer de relever la tête et d’aller de l’avant. C’est ce que j’essaye de me dire en ce moment ”, conclut-il.