La plupart des Belges emprisonnés à l’étranger le sont pour de la drogue

Sur 492 ressortissants belges emprisonnés à l’étranger, 303 le sont pour des faits liés à la drogue. La majorité se trouve au Maroc et en Espagne - il s’agit alors de cannabis - ainsi qu’en Amérique latine, (pour détention ou trafic de cocaïne), a-t-il précisé en réponse à une question du sénateur Bert Anciaux (sp.a).

M. Reynders (MR) a rappelé que les ambassades et consulats belges sont obligés de respecter la législation de l’État récepteur. “Ils ne peuvent pas intervenir sur le fond, mais peuvent fournir une assistance consulaire en aidant à chercher un avocat, entretenir descontacts avec les membres de la famille en Belgique, etc”, a-t-il ajouté.

Les Affaires étrangères n’ont pas connaissance de cas de Belges ayant échappé à une poursuite judiciaire à la suite de l’intervention d’une ambassade ou d’un consulat de Belgique. “S’il n’y a pas de poursuite judiciaire, c’est que les faits ne sont pas connus auprès des autorités ou que les autorités elles-mêmes décident de ne pas poursuivre”, a indiqué le ministre au sénateur qui lui demandait combien de fois ambassades et consulats sont intervenus dans des conflits entre des Belges et des services policiers ou judiciaires étrangers au cours des dernières années.