Le remboursement des frais médicaux des victimes de violence a pris du retard

C’est ce que rapporte mercredi De Standaard.

Selon la parlementaire Kristien Van Vaerenbergh (N-VA), les problèmes rencontrés par le Fonds d’aide aux victimes d’actes intentionnels de violence sont liés au changement de système de paiement et de programme informatique.

Le Fonds indemnise les victimes et intervient lorsque l’auteur des violences n’a pas (encore) été retrouvé, si celui-ci n’est pas encore condamné ou s’il se révèle insolvable. Si le Fonds ne paie pas, les victimes doivent payer leurs frais médicaux elles-mêmes.

Le porte-parole du SPF Justice confirme les retards mais affirme que d’ici fin avril, 90 % des paiements devraient avoir été effectués.