En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

A 26 ans, Yohan Battais a de la suite dans les idées. Plus connu dans la Vallée du Geer sous le nom de Mister Burger, il a ouvert voici huit mois son propre food truck. Il y propose une dizaine de burgers différents. « J'adorais faire des burgers pour mes amis et ma famille. Tout le monde me disait qu'ils étaient très bons et je me suis dit que je pourrais en faire mon activité professionnelle. En le faisant dans un food truck parce que j'aime bien le côté itinérant. J'ai suivi une formation pour pouvoir me mettre comme indépendant et réalisé une étude de marché. J'ai fait une période de test durant l'été 2018. Ca a très bien fonctionné et je me suis lancé. »

Du mardi au dimanche

Depuis la rentrée 2018, son food truck est donc stationné tous les jours, rue de la Résistance, juste en face du dépôt du TEC. Ouvert du mardi au dimanche, entre 50 et 80 personnes viennent chercher un burger chaque jour. Par tous les temps. Et c'est justement la météo qui a donné une idée très originale à Yohan. « Ce qu'il y a d'embêtant avec le food truck, c'est qu'il n'y a pas d'abri, que ça soit pour manger ou attendre sa commande. J'ai bien mis quelques tables sur le terrain, mais quand il pleut, ça pose problème évidemment. J'ai donc cherché à proposer un abri de manière originale. J'aurais pu construire quelque chose, mais j'avais envie de rester dans le concept food truck. » Et après s'être retourné les méninges dans tous les sens, Yohan a eu l'idée d'acheter et de transformer un bus à impériale en restaurant/food truck.

Places assises

« J'en ai trouvé un à vendre sur internet. Il était entreposé dans un hangar à Londres depuis 20 ans. Il a fallu l'acheminer jusqu'ici et ça fait 4 à 5 mois que je l'ai reçu. » Et depuis, dès qu'il a quelques heures à y consacrer, Yohan, aider de quelques amis, réalise les aménagements. « Au rez-de-chaussée, je vais y aménager ma cuisine et le comptoir pour passer commande. Les clients rentreront donc dedans et pourront y attendre leur burgers. On va même aménager un coin drive-in. A l'étage, pour ceux qui le désirent, il va y avoir des places assises. Une table de six personnes et, tout autour, des comptoirs avec des tabourets. Au total, il devrait y avoir 21 places assises. On va aussi découper le toit et le rendre amovible. Comme une décapotable, on va pouvoir le replier lors des beaux jours, pour transformer l'étage en terrasse. »

Petit à petit, l'intérieur prend forme. Il faudra ensuite donner un gros coup de peinture intérieur/extérieur avant d'installer la déco. « A l'extérieur, le bus sera rouge comme les bus à impériale. L'intérieur sera noir mat avec une déco vintage. » Un cadre que les clients pourront découvrir dès le mois de septembre.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

A 26 ans, Yohan Battais a de la suite dans les idées. Plus connu dans la Vallée du Geer sous le nom de Mister Burger, il a ouvert voici huit mois son propre food truck. Il y propose une dizaine de burgers différents. « J'adorais faire des burgers pour mes amis et ma famille. Tout le monde me disait qu'ils étaient très bons et je me suis dit que je pourrais en faire mon activité professionnelle. En le faisant dans un food truck parce que j'aime bien le côté itinérant.

****** ** ******** ***** *** **** ***** *** **** ********** **** *** ****** *** ** ** ************ ***** ** **** ** ******* ** **** ****** ** ***** ** ********* ***** ** ** ** ********* ******** ******** ** ****** ****** ***** *** **** *** ****** ** ***** ********* ** ******* *** * ****** *** ***** ***** ********* ** ****** ** ** ***** * * *********** **** ** **** ****** ***** ***** *** * *** ******* *** *** **** **** ****** ** ******** ** ********* **** **** *** ******** ****** *** ** ******** **** ***** ** ****** *** **** ********* ************ **** **** ******** ** ******** ** **** ** ******** ********** ******** ** ********** ******* ****** **** ******* ***** ** ****** **** ** ******* **** ****** ** ** ****** ******* ********* *** ********* **** **** *** ***** ***** * ** ******* ********* ** ** *********** ** *** ** ********** ** *************** ******

****** *******

** **** ** ******* ** ** ****** *** ********* ** ****** ********** **** ** ****** ** ******* ****** ** **** ** * ***** *********** ********* ** *** **** * ** * **** *** ** **** ****** ** ** ******* **** ***** * ******** ****** ** * ********** ****** ***** ** ******** ***** ******** *** ************** ** ** ***************** ** **** * ********* ** ******* ** ** ******** **** ****** ********* *** ******* ********** **** ****** ** ******** * ******** **** ******** ** ** ***** ********* ** **** ********* * ********* **** **** *** ** ********** ** ** * ***** *** ****** ******** *** ***** ** *** ********* *** **** ******* *** ********* **** *** ********** ** ****** ** ******* * ***** ** ****** ******** ** ** ***** ********* ** **** ** ** ****** ********* ***** *** ************* ** ** ******* ** ******* **** *** ***** ****** **** *********** ******** ** ********* **

***** ** ****** ************ ***** ****** ** ****** ******* ****** ** **** **** ** ******** ********************* ***** *********** ** ****** ** * ************* ** *** **** ***** ***** *** *** ** *********** ************ **** **** *** **** *** ***** ******** ** ** ***** *** *** ******* ******** ********** **** ** **** ** **********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en Faits divers en Belgique

Voir plus d'articles