Sarkozy aborde le 2e tour “avec confiance”, veut 3 débats

“Nous pouvons aborder le second tour avec confiance (...). Tout commence. Dès demain, on reprend la route, chaque minute, chaque seconde”, a assuré Nicolas Sarkozy devant ses partisans réunis dans une salle à Paris, qui a obtenu de 25,8% à 27%% des voix selon les estimations, contre 28,3% et 29% pour François Hollande.

La candidate de l’extrême droite Marine Le Pen se classe troisième, avec de 18,2% à 19,6%, selon ces estimations, suivie par le représentant de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon (10,8 à 11,7) et le centriste François Bayrou (8,5% à 9,1%).

“Les deux candidats désignés pour le second tour ont maintenant un devoir de vérité et de courage. Le moment crucial est venu, celui de la confrontation des projets et du choix des personnalités (...). Tout doit être débattu, sans hypocrisie, sans esquive”, a souligné le président sortant, qui est apparu souriant et combatif.

“Je propose que trois débats soient organisés (avec François Hollande, ndlr), portant sur des questions économiques et sociales, de société et les questions internationales”, a déclaré Nicolas Sarkozy.

“Chacun alors pourra alors faire son choix en toute connaissance de cause. Je vais aller à votre rencontre, je préciserai mes engagements. J’y consacrerai toute l’énergie dont je suis capable”, a-t-il promis, appelant “tous les Français qui mettent l’amour de la patrie au-dessus de toute considération partisane” à le rejoindre.

“Les Français ont exprimé un vote de crise, témoignant de l’inquiétude, de la souffrance, des angoisses face au nouveau monde qui est en train de se dessiner”, a jugé Nicolas Sarkozy.

“Dans ce monde qui bouge si vite, le souci de préserver le mode de vie de nos compatriotes est la question centrale de cette élection”, a-t-il estimé.