Plus de cancers autour des sites nucléaires de Fleurus et de Mol-Dessel

Autour des sites de Mol-Dessel et Fleurus, l’incidence du cancer de la thyroïde est supérieure aux moyennes régionales respectives, une situation qui est cependant également constatée dans des zones dépourvues de sites nucléaires. Autour de Mol-Dessel, on constate également une incidence plus élevée de leucémie infantile, potentiellement en lien avec l’activité nucléaire mais l’observation, basée sur un très faible nombre de cas ne permet à cet égard pas de valider une telle conclusion.

Les communes belges situées à proximité de la centrale de Chooz, en France, ont également fait l’objet des recherches. On n’y a détecté aucun cas de leucémie infantile aiguë. Le nombre de cas de cancer de la thyroïde rapporté à une petite population ne permet pas d’en tirer des conclusions valides, sachant que les autorités françaises n’ont pas souhaité collaborer.

Rien de particulier n’est mis au jour dans les environs de Tihange et de Doel.

L’étude de l’ISP a été réalisée à la demande de la ministre des Affaires sociales et de la Santé Laurette Onkelinx après un incident survenu en 2008 à l’institut des radioéléments à Fleurus.