Il y a dix ans, le crime raciste de Schaerbeek : une gerbe de fleurs déposée ce 7 mai 2012

“ Le 7 mai 2002, vers 4h du matin, un double homicide secoue la commune de Schaerbeek, à Bruxelles. Mes parents, Isnasni Ahmed (47 ans) et El-Hajji Habiba (45 ans), sont assassinés par un individu connu pour son adhésion aux thèses de l’extrême droite et sa proximité avec Johan Demol (élu du Vlaams Blok devenu Vlaams Belang) ”, écrit Kenza Isnasni. “ Avant de se donner la mort et périr suite aux émanations des flammes de l’incendie qu’il a lui-même provoqué dans tout l’immeuble du 121 rue Vanderlinden, l’assassin, Hendrik Vyt, un homme de 79 ans, avait également tiré sur mes deux petits frères, Yassine et Walid. Entre la vie et la mort, ils avaient dû être hospitalisés. Mobile du crime : racisme. ”

On s’en souvient: l’assassin avait déclaré la veille de son crime: “ Puisque que Pim Fortuyn a été tué, puisque le Pen n’a pas été élu au second tour, nous allons nous débarrasser de ça nous-mêmes avec une kalachnikov ”. “ Le message était clair… ”, indique Kenza Isnasni qui déposera ce 7 mai à 10 h une gerbe de fleurs au pied du 121 de la rue Vanderlinden. “ J’inviterai, à cette occasion, chaque citoyen à venir se recueillir tout au long de cette journée du 7 mai. Il s’agit d’un moment à la fois de commémoration et de recueillement, mais également de prise de conscience sur nos responsabilités respectives. ”

Ce jeudi, retrouvez dans La Capitale un long entretien avec Kenza Isnasni.