Après la défaite de Sarkozy, l’UMP est promise à des turbulences

La défaite de Nicolas Sarkozy dimanche ouvre une période de fortes turbulences à l’UMP, sur la ligne politique comme sur le leadership, même si les ténors du parti espèrent sauvegarder une certaine unité jusqu’au « troisième tour » des législatives. Malgré la déception, tous les responsables de la majorité se sont relayés, avec pour mots d’ordre : « l’unité » et « il faut gagner les législatives » de juin. Ou du moins éviter qu’elles ne soient trop catastrophiques pour les quelque 305 députés UMP sortants.