Liège: enfin la parade contre la mendicité au Centre-Ville?

La mendicité répétée est de plus en plus mal vécue par les commerçants et les clients du centre-ville de Liège. Il n’est pas rare de se voir aborder trois fois en traversant le piétonnier.

Mais la mendicité est une liberté individuelle tant qu’elle ne s’accompagne pas d’autres nuisances comme l’agressivité ou l’alcoolisme.

Un règlement communal existe pour la réglementer: un jour par quartier, le lundi par exemple pour le centre-ville. Mais il n’est pas respecté. Les policiers ne peuvent que conduire les mendiants au CPAS pour qu’ils prennent connaissance de leurs droits et ils repartent illico dans la rue.

Mais depuis un mois, la procureur du Roi, Danièle Reynders, a marqué son accord sur le fait de mettre au cachot (12 heures au maximum) un triple récidiviste.

À la première interpellation, on dresse PV et on lui remet le règlement communal.

À la deuxième, on dresse à nouveau PV et une assistante sociale s’informe pour savoir s’il a bien effectué les démarches pour recevoir l’aide auquel il a droit.

Et à la troisième récidive (et à toutes les suivantes), il sera mis au cachot.

Et la procureur de proposer elle-même “ de ne les libérer qu’une demi-heure après la fermeture des commerces ”.

Pour le bourgmestre Willy Demeyer, “ une fois que le filet social a été déployé, la mendicité répétée devient un trouble public qui agace fortement la population. Et elle ne peut pas contrecarrer tous nos efforts pour l’attractivité commerciale de Liège. ”

Est-ce la solution? Depuis trois semaines que le système est en place, dix mendiants ont déjà connu la cellule et certains sont déjà partis vers d’autres villes.

>Dossier complet dans La Meuse Liège de ce mercredi