Un spectacle de Dieudonné interrompu par la police à Bruxelles (vidéo)

Selon nos confrères du Soir, qui cite le porte-parole du bourgmestre Freddy Thielemans, 700 personnes étaient rassemblées devant cette salle de spectacle, quai des Usines, à Bruxelles. Un premier spectacle était déjà en cours. 300 personnes attendaient d’assister à une deuxième représentation qui devait avoir lieu à 22h. “ Nous avons été prévenus et des forces de police ont été dépêchées sur place ”, indique-t-on à la Ville toujours sur le site du Soir. Une personne aurait harangué la foule, l’invitant à faire le salut nazi.

La police a dressé un procès-verbal à l’encontre de Dieudonné pour incitation à la haine raciale. Un PV a également été dressé à l’encontre de l’exploitant de la salle suite au constat de divers manquements administratifs. La police avait pris contact avec le gérant de la salle qui a coupé l’électricité et a ainsi interrompu le spectacle. La Ville examine les possibilités juridiques de se retourner contre M. Dieudonné et éventuellement l’exploitant de la salle. Sur Facebook, les partisans de l’humoriste controversé parlent plutôt de censure et de méthodes “ fascistes ”.

La Capitale a pu en tous les cas joindre Olivier Da Silva, le gérant de la boîte de nuit. “ J’ai été floué, je ne savais pas qu’il s’agissait de Dieudonné ”, nous a-t-il confié au lendemain du spectacle annulé. “ J’ai reçu un coup de fil mercredi dans la journée. On m’a dit qu’on souhaitait réserver ma salle pour un humoriste, en me donnant le nom de Plume Productions, sans me donner le nom de l’artiste. J’ai pensé que ce devait un être jeune humoriste ou une société, pour que mon interlocuteur s’y prenne aussi tard. J’ai donc dit OK. Ce n’est que le soir que j’ai compris. J’ai débarqué en catastrophe. La police était encore là. Vous savez, mon meilleur pote, c’est Arthur, qui est en procès avec Dieudonné. Si j’avais su, j’aurais tout de suite dit non. ”

Malgré la mauvaise publicité pour son établissement, Olivier Da Silva n’envisage toutefois pas de porter plainte. “ La police me l’a conseillé. Mais à quoi ça sert? J’ai été payé pour la réservation de la salle. ”