En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Jeudi soir, il est 22h quand Sandra est touchée par une publication sur un groupe Facebook dédié aux Courcellois. Un homme y a partagé la photo d’un chat, apparemment mal-en-point, réfugié sur son muret à Gouy-lez-Piéton.

L’état de l’animal fait peine à voir et personne ne semble réagir… Alors, Sandra décide d’aller le chercher. « Je me suis dit : ‘‘Il faut que je me bouge’’ », explique-t-elle. C’est le début d’une nouvelle histoire pour « Juliette, la chatte qui se bat pour vivre », comme on l’a surnommée.

Très vite, Sandra se rend compte de l’état gravissime du chat. Son pelage est couvert d’oeufs de larves, des mouches pullulent autour de lui. Mais, surtout, entre son cou et son oreille, un abcès très profond s’est infecté et est rongé par les vers.

Il n’y a pas mille solutions : elle l’emmène donc en urgence à la clinique vétérinaire de Gosselies. « Là, ils m’ont très vite parlé d’euthanasie… J’ai refusé. Ils m’ont dit qu’ils me laissaient la nuit… Il fallait trouver les fonds car c’était 270 euros minimum dès le départ. En plus, ils étaient très pessimistes », poursuit la jeune femme. « On m’a dit : ‘‘il ne passera pas la nuit". »

Sur les réseaux sociaux

Entre-temps, Karin l’a contactée via Facebook. Elle tient « Souki ASBL », une association localisée à Bruxelles qui vient en aide aux animaux blessés. « Quand j’ai vu son commentaire sur la publication Facebook, disant qu’elle partait chercher le chat alors que personne ne réagissait, je lui ai dit qu’on allait prendre en charge les soins », explique Karin Traube.

L’ASBL contacte la clinique, qui se montre très compréhensive : « On a versé un acompte de cent euros et elle s’est engagée à nous faire des petits prix. » Mais pour pouvoir suivre la désormais nommée Juliette, il faut plus de moyens. Sandra et elle décident de lancer un appel aux dons, notamment sur les groupes des habitants de Courcelles.

Et les réactions ne se font pas attendre. Commentées à de nombreuses reprises, les publications ont entraîné un élan de générosité. À ce jour, c’est 395 euros qui ont pu être récoltés !

De nombreux soins

Mais, pour Juliette, le combat ne fait que commencer. « Ils l’ont d’abord douchée pour enlever les nombreuses larves… Il y en avait des centaines. Ils l’ont également rasée à certains endroits. Ils ont percé son abcès, rongé par les larves. Finalement, ils l’ont réhydratée… Elle est tellement maigre ! »

Après trois jours de soins intensifs, Juliette a finalement quitté la clinique ce lundi matin. « À Souki ASBL, on travaille avec des familles d’accueil qui prennent en charge les animaux pendant leur convalescence. Évidemment, on paye tous les soins, la nourriture… » Juliette est donc partie ce lundi chez Laurence, où elle continuera à recevoir une attention toute particulière.

« Tous les jours, on doit lui injecter du désinfectant dans sa plaie et il faudra au minimum deux visites du vétérinaire par semaine. On est parti pour deux mois et il faut compter au minimum 1.000 euros », détaille Karin.

Abandonnée

Pour Sandra et Karin, il n’y a pas de doute, « Juliette a dû appartenir à quelqu’un. Elle est très aimable, c’est un amour. Elle se laisse faire pour tout ». Mais, alors, d’où vient ce chat ? « Elle a probablement été abandonnée » se révoltent les deux femmes.

Pour Juliette, qui a échappé à la mort, une nouvelle vie commence. Il lui faudra attendre plusieurs mois de convalescence mais elle pourra bientôt être adoptée par une nouvelle famille aimante. Karin tient à porter un message clair : « Tous les animaux que vous abandonnez, pensez qu’une association devra s’en occuper. » Et d’ailleurs, parfois, ils n’ont pas cette chance…

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Jeudi soir, il est 22h quand Sandra est touchée par une publication sur un groupe Facebook dédié aux Courcellois. Un homme y a partagé la photo d’un chat, apparemment mal-en-point, réfugié sur son muret à Gouy-lez-Piéton.

***** ***** ****** ** **** ****** ** ********* ********** ** ***** *** ****** *** ******* ********* ** ******* *** ******* ********* ****** ** **** ***** ******** ***** *** *** ** *** ******** ** ****** ***** ******* ******* ******** ** *** ****** *** *** *****

** ***** * *** ***** **************** **** *********** **** ** ******* ** ** ******** ************* ** ********** ************ *** ******* ***** **** ****** ***************** ****** ******** *** ******* *** ******** ** ********** ** ******* ** ******* ******* *** ***** *** ********** *** ***** ******* **** ** ******** ** ***** *** ******** ***** ******************** ******** ** ***** ****** ********** ***** ********** ******** ** ******* *** ** **************

*** *** ******** *******

************ ***** ***** ********** *** ********* **** ***** ************* ************* *** *********** ********** ** ********* *** ***** ** **** *** ******* ********* ************* ****** ** *** *********** *** ** *********** ********* ****** ********* ******* ******** ** **** ***** *** ******** ** ************ ** *** ** *** ******* ****** ******* ** ****** *** ************** ******** ***** *******

******** ******** ** ********* *** ** ****** ***** ********************* ********** * ****** ** ******* ** **** ***** ** **** ******* ******** ** **** ***** *** ****** ************* **** **** ******* ****** ** ********** ******* ********* ** **** **** ** ******* ****** ** **** ********* ** ****** ** ***** *** ***** ********* *** *** ******* *** ********* ** ***********

** *** ********** ** ** **** *** ********* *********** ** ** ********** ********* *** ************ *** ********** ** ***** ** ************** ** ** ***** ******* *** ***** *** *** ** ***** *****************

** ******** *****

***** **** ********* ** ****** ** **** *** ********** *********** ******* ********* ******** **** ******* *** ********** ********* ** * ** ***** *** ********** *** ******* ********** ****** ** ******** ********* *** *** ****** *** ******* ****** *** *** ******* *********** *** ******* *************** **** *** ********* *********************

****** ***** ***** ** ***** ********** ******** * ********** ******* ** ******** ** ***** ****** ********** ***** ***** ** ********* **** *** ******** *********** *** ******** ** ****** *** ******* ******* **** ************** ************ ** **** **** *** ****** ** ********************* ******** *** **** ****** ** ***** **** ********* *** **** ********** ** ******** *** ********* ***** **************

************ *** ****** ** **** *** ******** ** ************* **** ** ***** ** ** ****** ** ******* **** ******* ** ************* *** ******** ** *** ***** **** **** **** ** ** **** ******* ** ******* ***** ************** ********* ******

***********

**** ****** ** ****** ** ***** * *** ** ****** **************** * *** ********** ** ************ **** *** ***** ******** ******* ** ****** **** ** ****** ***** **** ************* ***** ****** ******* ***** ** *********** ************ * ************ ***** ******************* ** ********** *** **** *******

**** ********* *** * ********* ** ** ***** *** ******** *** ********* ** *** ****** ******** ********* **** ** ************* **** **** ****** ******** ***** ******** *** *** ******** ******* ******** ***** ***** ** ****** ** ******* ************ ************ *** ******* *** **** *********** ****** ******** *********** ***** ****** **************** ** ************* ******** *** ******* *** ***** *********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en Stories

Voir plus d'articles