Nuits du Botanique: Cupidon de "The Rapture" avait le dansant

Il a beaucoup été question d’amour aux Nuits du Botanique vendredi soir, pendant que Romano Nervoso, Chilly Gonzales et Experimental Tropic Blues Band foutaient un beau bordel dans les salles adjacentes. Amours torturées et déçues au Cirque Royal avec Dominique A, et amours frénétiques sous le Chapiteau pour The Rapture. “ In the grace of your love ”, “ Pieces of the people we love ”, “ House of jealous lovers ”, “ Miss you ”, “ How deep is your love? ”, on l’a eu sous toutes ces facettes. Cupidon avait la danse et le rythme dans le sang et avait enfilé son costume à paillettes.

Après une excellente entrée en matière fournie pas nos compatriotes de Great Mountain Fire (à revoir mardi en acoustique), the Rapture a asséné une des premières claques du festival. Pourtant, les New Yorkais nous avaient un peu déçus il y a quelques mois, lors de leur passage à l’Orangerie, avec une setlist déconcertante et un concert un peu mollasson. C’était le début de leur tournée et on leur pardonne car cette fois il n’en fut rien.

Dès les premières notes de “ In the grace of your love ”, l’assistance ne peut s’empêcher de commencer à bouger son popotin. S’il y avait eu un vestiaire, il aurait été de bon ton d’y laisser sa veste tant l’ambiance était surchauffée sous un Chapiteau affichant complet depuis de longues semaines. Assez rapidement, le groupe puise dans ses anciens albums. L’adrénaline est à son maximum pendant le classique “ House of jealous lovers ”. Pas besoin de causer entre les morceaux, pas de discours inutiles. Ils sont là pour nous faire danser, point à la ligne... de basse, omniprésente. Il n’y a pas un seul temps mort, les riffs et les beats s’enchaînent à la vitesse d’un TGV. Les influences multiples, de Cure à Led Zeppelin en passant par le funk ou le disco, s’entrelacent harmonieusement. On leur pardonnera même d’avoir encore une fois joué, en début de rappel, ce “ Children ” qu’on trouve très dispensable.

Après avoir fait onduler nos corps pendant 1h15, il était temps pour eux de balancer “ How deep is your love? ” . Et comme ce morceau est décidément un des meilleurs à avoir titillé nos oreilles ces derniers mois, rien que pour ça, ça en valait la peine. Une heure plus tard, on en entendait encore certains siffloter le refrain au bar ou même aux urinoirs...

>La setlist: 1. “ In the grace of your love ”, 2. “ Never die again ”, 3. “ Pieces of the people we love ”, 4. Get myself into it ”, 5. “ The devil ”, 6. “ Killing ”, 7. “ Whoo! Alright - Yeah... Uh Huh ”, 8. “ House of jealous lovers ”, 9. “ Olio ”, 10. “ Come back to me ”, 11. “ Sail away ”, 12. “ Echoes ”.

>Rappel: 13. “ Children ”, 14. “ Miss you ” et 15. “ How deep is your love? ”.