Charles Michel sur la grève SNCB: "Les écoliers et les navetteurs sont de nouveau pris en otage"

“C’est inacceptable”, a dit M. Lutgen sur Bel RTL ajoutant qu’on peut réfléchir à un service minimum mais que cela doit être négocié avec les organisations syndicales.

Le Syndicat Autonome des Conducteurs de Train, un syndicat minoritaire qui regroupe les conducteurs de trains, a déclenché une grève lundi matin sans le moindre préavis ce qui a provoqué de nombreuses perturbations.

“C’est une fois encore les navetteurs, les écoliers et les étudiants qui sont pris en otage par une action syndicale sauvage dont on ne connaît même pas la motivation. C’est totalement inacceptable.

Personne n’a le droit de s’accaparer un bien public et d’en priver les usagers”, souligne Charles Michel. Le président du MR souhaite relancer le débat sur le service minimum impliquant la desserte minimale des lignes aux heures de pointe.

M. Lutgen a pour sa part insisté sur le fait que la grève avait été déclenchée sans respecter les délais légaux et les règles en vigueur. “C’est inacceptable”, a-t-il dit ajoutant qu’on peut réfléchir à un service minimum mais que cela doit être négocié avec les syndicats.