Cannes 2012 - Ken Loach: "Avec les Dardenne, on parle football!"

Là où le cinéaste anglais avait l’habitude de filmer la réalité sociale de façon sérieuse et profonde, il se laisse emporter cette fois par un ton plein de légèreté et d’humour. Mais aussi d’espoir.

 

Pourquoi cette option face à une crise économique très grave ?

"La situation est tragique, en effet. On n’a pas décidé en commençant le tournage : on va faire une comédie. Ce sont les situations des personnages qui font qu’à un moment ou l’autre, ça fait rire. Mais c’est le propre de toute situation dans la vie : elle renferme très souvent en elle quelque chose qui fera rire ou sourire."

Que représente au juste le whisky dans le scénario ?

"Le whisky a différentes fonctions. L’une d’elles, c’est que c’est un art. Les Ecossais sont très fiers de leurs fabriques, c’est un art qui fait plaisir. Les gens aiment bien déguster le résultat de la fermentation. Et puis, dans le film, il y a la cohabitation avec le château historique qui est un autre symbole de l’Ecosse. On s’est bien amusé à jouer avec ces deux images rarement opposées."

Votre film est coproduit par "Les Films du Fleuve", la société de production des frères Dardenne. Qu’est-ce qui vous rapproche de leur cinéma ?

"Nous partageons le fait d’apprécier la comédie de la vie au quotidien. Nous avons le même intérêt et le même regard sur la vie des gens ordinaires. Leur cinéma est subtil, précis. Je suis vraiment heureux de travailler avec eux. Et chaque fois que nous nous voyons, nous parlons football puisque nous partageons la même passion !"