Inquiétant: les maillots de la France, du Portugal, de l’Espagne et de l’Italie sont nocifs

Plomb, nickel, composés chimiques anti-odeurs, les maillots officiels des équipes qualifiées pour l’Euro 2012 contiennent des substances toxiques dangereuses pour la santé, a mis en garde le Bureau européen des associations de consommateurs (BEUC).

Carton rouge pour les maillots de l’Euro 2012”, lance l’organisation de défense des consommateurs dans un communiqué au ton volontairement alarmiste. “Après avoir testé 9 maillots officiels de l’Euro 2012, tous se sont avérés contenir des niveaux inquiétants de produits chimiques”, explique l’organisation.

Le plomb, un métal lourd, se trouve dans 6 des 9 maillots testés: l’Espagne, l’Allemagne, l’Ukraine, la Russie, la France et Italie”, précise le BEUC. “Dans les maillots de l’Espagne et de l’Allemagne, le plomb dépasse le niveau légal pour les produits destinés aux enfants”, avertit le communiqué.

“Ronaldo, Van Persie et leurs coéquipiers originaires du Portugal et des Pays-Bas joueront quant à eux avec des maillots contenant du nickel”, ajoute le BEUC.

Quant aux maillots du pays d’accueil, la Pologne, ils “devraient être interdits dans les boutiques, car ils contiennent un composé d’organo-étain --utilisé pour éviter les odeurs de sueur-- dans des doses plus élevées que la limite légale”, ajoute le BEUC.

SYSTÈME NERVEUX

Les organostanniques peuvent être toxiques pour le système nerveux. Le nonylphénol - qui peut perturber le système endocrinien et est interdit dans les eaux usées en raison de son effet nocif sur l’environnement - a été trouvé dans des maillots en Espagne et en Italie, indique l’organsiation.

“Les fans de football payent jusqu’à 90 euros pour le maillot de leur équipe favorite. Le moins qu’ils puissent attendre, c’est d’avoir un produit fiable et de qualité. Il est inexplicable que les métaux lourds soient utilisés dans des produits de consommation de masse. Il s’agit clairement d’un acte criminel par les fabricants d’utiliser des substances nocives autant pour les personnes que pour l’environnement”, a dénoncé Monique Goyens, directrice générale du BEUC. “Les résultats des tests de nos membres rappellent tristement que la législation européenne des produits chimiques est inadaptée à l’objectif d’interdire l’usage des substances dangereuses dans des produits de consommation.