Vincent Van Quickenborne annonce une réforme du bonus de pension

S’appuyant sur un avis du comité d’étude sur le vieillissement rendu lundi, le ministre estime que le système gagnerait à être modifié pour l’adapter à la récente réforme du système de pensions adoptée en décembre dernier, mais aussi augmenter son effet incitatif.

Le comité d’étude relève en effet dans son analyse une série d’incohérences, d’effets d’aubaine, voire d’effets négatifs du régime actuel lorsqu’il est combiné avec le nouveau régime de prépension ou le système de pension complémentaire.

Face à ce constat, Vincent Van Quickenborne a assuré vouloir “maintenir le bonus de pension mais le réformer en profondeur”, notamment afin de ne plus l’octroyer qu’aux seules personnes qui ont vraiment le choix entre la poursuite ou la cessation de leurs activités professionnelles. Il souhaite également introduire une progressivité dans le bonus afin qu’il soit plus élevé à 65 qu’à 62 ans.

Applicable tant aux salariés qu’aux indépendants, le bonus de pension permet à l’heure actuelle aux travailleurs qui restent actifs après 62 ans -ou après 44 années de carrière- de toucher un surcroît de pension de l’ordre de 2,25 euros par jour de travail supplémentaire, soit une augmentation forfaitaire de leur pension d’une centaine d’euros par mois en moyenne.

Devant la presse, M. Van Quickenborne a toutefois indiqué que l’objectif de cette réforme n’était pas d’augmenter les dépenses de pension. “Nous vivons des temps budgétaires difficiles. Il y a des économies à faire”, a-t-il ainsi rappelé.

Son avant-projet de loi sera soumis au gouvernement avant les vacances d’été afin que la réforme du bonus de pension soit d’application avant la fin de l’année 2012, a insisté le ministre.