Une partie des bus des TEC appartient à des...Japonais

L’accord a été conclu avec un fonds d’investissement japonais.

C’est ce qu’a expliqué le ministre Philippe Henry (Ecolo) au député Willy Borsus (MR) et que rapporte Sudpresse, ce samedi.

Concrètement, la SRWT a vendu 176 bus à cette société japonaise pour une somme de 34,2 millions d’euros. Les bus n’ont toutefois jamais quitté la Wallonie puisque les TEC ont décidé de payer une location globale de 32,4 millions d’euros pour ces bus.

Une convention similaire avait déjà été passée en 2006 pour la vente de 706 bus à un investisseur français, poursuit Sud Presse.

Officiellement, l’opération japonaise aurait rapporté 1,8 million d’euros à la SRWT mais 500.000 euros ont également été versés à la société de consultance chargée du montage financier. La convention précise que la SRWT récupérera la propriété des bus, sans coût supplémentaire, le 4 mars 2014. “ On a du mal à croire que la SRWT gagne sur tous les tableaux, qu’elle fait un bénéfice en vendant ces bus et les récupère au bout du compte. Je ne pense pas que les investisseurs japonais soient de généreux donateurs ”, s’interroge Willy Borsus, qui parle d’“ ingénierie fiscale ”.