En 2011, la police a offert une protection personnelle à 46 Belges

Les citoyens concernés sont souvent des personnalités politiques, des magistrats, des juges, des avocats et des policiers, qui ont reçu une lettre ou un e-mail contenant des menaces de mort, ou parfois une balle dans une enveloppe, rapportent Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen.

Après une analyse approfondie de la menace, le dossier reçoit un code variant de 1 à 4 selon la gravité. La protection la plus adaptée au cas est ensuite proposée. Cela peut aller de patrouilles régulières de la police locale devant le domicile de la personne menacée à une surveillance permanente par des membres des unités spéciales de la police fédérale. Lorsque d’autres membres de la famille sont également menacés, ils sont le plus souvent déplacés dans un endroit inconnu pour un certain temps.

Les services de sécurité ne connaissent pas les raisons de cette hausse des menaces à l’encontre de Belges ces dernières années. En 2010, on dénombrait encore 34 dossiers, pour trente en 2009.