Vn restaurateur verviétois condamné pour traite d’êtres humains

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné lundi le propriétaire de Cité Wok, un restaurant de 400 places, à une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 27.500 euros pour traite d’êtres humains, utilisation de main-d’œuvre clandestine, aide à l’immigration illégale et pour diverses infractions sociales. Son épouse est, elle, condamnée à un an de prison et une amende de 27.500 euros, le tout avec sursis. Au-dessus du restaurant, cinq illégaux vivaient dans des conditions d’hygiène déplorables. L’enquête permettra de découvrir que le personnel du restaurant n’était pas déclaré et que les illégaux, tous d’origine chinoise, étaient arrivés via des passeurs payés entre 5.000 et 7.000 euros.