Exercices pratiques de sexe protégé sur internet pour les jeunes Suédois

Onze avatars sont ainsi proposés parmi lesquels un méchant réalisateur de cinéma, un mondain, un entraîneur personnel, une femme infidèle et un bricoleur. Si le panel ne satisfait pas, l’application permet de faire l’exercice avec une de ses relations sur Facebook, explique l’Institut suédois de contrôle des maladies transmissibles (SMI).

“L’accent est porté sur l’utilisation du préservatif”, précise Karin Raagsjö, qui est à l’origine du concept car, “dans le nord, nous sommes connus pour être ouverts sur les choses du sexe, mais il est toujours difficile de parler de l’utilisation du préservatif”.

Une fois que l’utilisateur a choisi son partenaire, l’application lui demande en effet s’il veut utiliser un préservatif. Puis, il enregistre ses propres gémissements qui sont ensuite automatiquement mixés avec ceux de l’avatar choisi.

Pendant tout ce temps, des messages apparaissent à l’écran, tels que : “Savais-tu que les gens qui proposent d’utiliser un préservatif sont considérés comme des gens de confiance et dignes de considération ? “, ou encore “Savais-tu que les Suédois sont parmi les plus mauvais au monde dans l’utilisation du préservatif ? “ Pour recourir à l’application via Facebook, il faut en faire la proposition à l’ami choisi afin qu’il enregistre lui aussi ses gémissements pour qu’ils soient “ensuite mixés avec les vôtres”, a expliqué Mme Raagsjö.

D’après une récente étude, seuls 40% des Suédois ont des relations sexuelles protégées.

Selon le SMI, les cas de blennorragies ont augmenté de 13% en Suède l’an passé par rapport à 2010, tandis que les contaminations par le VIH demeurent élevées avec 465 nouveaux cas en 2011.