Le gouvernement flamand veut avoir son mot à dire sur le Mécanisme européen de stabilité

Le ministre flamand des Finances, Philippe Muyers (N-VA), l’a fait savoir jeudi dans le Morgen, qui en a conclu qu’il était prêt à “bloquer” le nouveau pare-feu européen.

Le ministre-président flamand Kris Peeters a confirmé dans la journée que sa région avait l’intention de se prononcer sur le Mécanisme européen de stabilité, tout en jugeant “tendancieux” l’article du quotidien. “Vu la gravité de la situation, le gouvernement flamand veut être pragmatique et ne pas mettre de bâtons dans les roues”, a-t-il dit.

La Chambre et le Sénat ont approuvé récemment le projet de loi portant assentiment au Traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES), le nouveau dispositif permanent appelé à aider financièrement les pays en difficulté au sein de la zone euro à partir du 1er juillet prochain.

Dans son avis sur ce texte, le Conseil d’Etat a cependant estimé que “la sécurité juridique aurait été mieux assurée si l’avis du groupe de travail traités mixtes (de la conférence interministérielle politique étrangère) avait été sollicité”.