Mauvaise note lors d’un examen: des parents et des élèves font appel à un... avocat, même en primaire!

Il n’y a donc pas que le secondaire qui est gangrené par ce phénomène. On conteste même les décisions prises en primaire, dans les hautes écoles et à l’université.

Les élèves, qu’ils soient étudiants en secondaire ou dans l’enseignement supérieur n’hésitent plus à aller au Conseil d’État pour essayer de transformer une année ratée en une année réussie sur le fil. Avec quel résultat? Généralement, les étudiants sont plus souvent déboutés que l’inverse. Les frais, quelques centaines d’euros sont alors à leur charge.

Notons aussi que le Conseil d’État ne va pas juger si le 8 sur 20 donné par un professeur ne méritait pas plutôt un 10. “ Mais ”, précise un avocat,“ il réagira s’il y a eu une erreur matérielle dans la cotation. Par exemple, si le prof a mis une cotation basée sur 10 exercices alors qu’il n’y en avait que 9 ”. Autre possibilité de faire annuler un échec: démontrer que le professeur a composé des examens basés sur un niveau beaucoup plus élevé que celui défini par les fameux socles de compétence.

>Découvrez notre dossier de deux pages sur ce phénomène dans nos éditions de ce lundi