En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Depuis le jeudi 19 dans la soirée, des recherches s’organisaient afin de retrouver Pierre Eloy. Durant sept jours, des bénévoles ont battu la campagne et les bois afin de déceler des signes de vie. Rien ne pouvait ébranler leur optimisme. Ni le temps, ni l’abandon des recherches policières ni même les jours qui passaient inexorablement. Macha s’est rendue tous les jours sur place afin d’aider comme elle pouvait. « Quand je partais pour travailler, j’avais l’impression de les abandonner. Alors, je me dépêchais de revenir », confie la dame, qui connaît bien la région et dont la connaissance du terrain était précieuse pour guider les nombreuses personnes qui ne viennent pas des alentours.

Macha et les autres ont participé à un nombre incalculable de battues. L’annonce du décès de Pierre Eloy est semblable à un coup de massue pour ces nombreux bénévoles. « On espérait une issue heureuse. Même si de jour en jour, on sentait que les chances diminuaient », confie la dame. « On voulait vraiment le retrouver, mais au fur et à mesure, on en venait à souhaiter que ce ne soit pas nous qui le trouvions. On commençait à redouter l’état dans lequel il aurait pu être. »

Mieux de le retrouver maintenant que dans 10 ans

Malgré l’annonce, ils étaient nombreux à rester à l’église de Tiège pour se serrer les coudes ce jeudi en ce début d’après-midi. « On a un peu l’impression d’avoir été inutile », s’excuse presque un homme l’air dépité. « Il ne faut pas dire ça », lui répond un autre. « On ne l’a pas retrouvé, mais on a quand même accompli un fameux travail. On n’aurait rien pu faire. » Un argument qui ne suffira pas à faire avaler sa déception à son compagnon.

« Au final, c’est très triste qu’il soit décédé. Mais pour la famille c’est tout de même mieux que ce soit maintenant et pas dans dix ans », signale, philosophe, un des chercheurs de la première heure.

Durant toute la semaine, les bénévoles, proches de la famile ou pas, ont vécu ensemble afin de retrouver Pierre Eloy. « C’était de grands moments de tensions qui se terminent ainsi de manière brutale. Je crois qu’il va falloir qu’on se retrouve à un moment pour qu’on puisse mettre ça derrière nous », estime Macha. Ils vont pouvoir profiter d’un repos bien mérité durant les prochains jours.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

****** ** ***** ** **** ** ******** *** ********** **************** **** ** ********* ****** ***** ****** **** ****** *** *********** *** ***** ** ******** ** *** **** **** ** ******** *** ****** ** **** **** ** ******* ********* **** ********** ** ** ****** ** *********** *** ********** *********** ** ***** *** ***** *** ********* *************** ***** ******* ****** **** *** ***** *** ***** **** ********* ***** **** ******** ************* ** ******* **** *********** ********* ************** ** *** *********** ****** ** ** *********** ** **************** ****** ** ***** *** ******** **** ** ******* ** **** ** ************ ** ******* ****** ********** **** ****** *** ********** ********* *** ** ******** *** *** **********

Sudinfo

Aussi en Standard de Liège

Voir plus d'articles