En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Sa-ma-ri-tel : ces quatre syllabes résonnent à vos oreilles depuis 1987. En 32 ans, le service d’aide aux personnes à mobilité réduite a construit sa réputation grâce à sa fiabilité. Mais aujourd’hui, il ne suffit plus d’être fiable pour rester à la page, il convient aussi d’être flexible et confortable. Alors si les cordons jaunis auxquels pend une espèce de bouton-poussoir sont toujours d’actualité, l’innovation arrive à grand pas. « Les fournisseurs font de plus en plus d’effort au niveau du design. Ce n’est pas toujours plus ergonomique, mais c’est plus beau, plus discret », indique, Michèle Booten, directrice de la société APS qui propose ce service. Avant de préciser : « Mais l’innovation est loin de n’être que design, elle est aussi et surtout technologique ».

Et lorsque l’on parle technologie, c’est tout un attirail qui prêt à entrer sur le marché : « Jusqu’ici, nous proposons surtout un boîtier qui sert de transmetteur. Il faut alors le relier à une prise téléphonique. La personne doit porter un collier, un bracelet ou une broche pour pouvoir donner l’alerte si elle venait à chuter ou était face à un problème seul ». Une fois le signal transmis, le transmetteur appel le call-center basé à Marche-en-Famenne dans les bureaux de APS. Opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, un collaborateur entre en contact direct avec le client. Il faut ensuite déterminer la nature du problème pour apporter une réponse adéquate : « Parfois on se rend compte que c’est un test, une fausse manipulation ou une fausse alerte, mais dans la majorité des cas, nous contactons un des contacts de référence qui serait susceptible d’apporter son aide à la personne en difficulté ou alors fait directement appel au secours selon la situation », note Michèle Booten.

Nouvelles technologies

Mais aujourd’hui, une série d’innovations permettent d’accroire les possibilités : « Nous proposons maintenant la montre connectée. Alors d’abord elle donne l’heure, mais surtout la personne bénéficiaire peut donner un signal en cas de problème depuis cette montre. Grâce à une carte SIM, elle est géolocalisable et puisque la montre est munie d’un micro et d’un baffle, nous pouvons directement communiquer avec elle ». Mais cette montre connectée est loin d’être la fierté de APS et de sa directrice puisqu’une nouvelle technologie encore plus efficace le Tracker. Si les fonctionnalités sont semblables à celles de la montre, l’efficacité et l’ergonomie de ce nouvel outil ont tout pour devenir la référence dans les prochaines années.

Si tous ces produits doivent permettre aux personnes bénéficiaires d’obtenir une aide rapide et efficace, une tablette connectée permet quant à elle d’entrer en contact avec tout le monde extérieur en recevant des SMS, des appels vidéo mais aussi d’autres informations générales.

Pas pour faire du bénéfice

« Le choix du produit dépend vraiment du profil du client. Si une personne n’a plus trop de mobilité, il ne faut qu’elle ait un tracker, mais la tablette sera plus adaptée. Mais un produit n’exclut pas l’autre puisqu’ils peuvent s’interconnecter. Ainsi, une personne qui aime se balader dans les bois pourra se saisir du Tracker et puis une fois à la maison entrer en contact avec ses petits-enfants via ta tablette par exemple », spécifie la directrice.

L’ensemble de ces services ne sont par gratuits. Il n’en reste pas moins que APS, fondée sous la forme d’une fondation, n’a pas pour but de dégager des profits. C’est comme cela que le système le plus coûteux, le tracker, est loué pour 23 euros par mois. La montre connectée est quant à elle disponible pour 30 euros par an alors que l’appareil de base l’est pour 20 euros annuels : « Nous voulons vraiment que le coût du service ne soit pas un frein à son acquisition. C’est pour cela que nous nous battons pour garder ces prix », se félicite la directrice avant d’ajouter : « Nous avons des conventions avec les communes et les CPAS qui peuvent intervenir dans le coût. La Province amène également une aide à hauteur de 90 euros par personne ».

Une alternative qui attire

En vieillissant, les aînés perdent souvent en mobilité. Il faut alors apporter une solution. Cela peut passer par le placement, par des gardes, mais certains veulent conserver une certaine autonomie, et c’est là que nous intervenons », note la directrice de APS Michèle Booten qui va plus loin : « Il y a peu, la moyenne d’âge de nos clients était de 70 ans. Elle est de 80 ans aujourd’hui et nous avons même deux centenaires dans nos clients. Cela signifie que l’espérance de vie augmente mais aussi que la mobilité est meilleure. Nous devons nous adapter pour rester au plus proche des besoins de nos clients. Nous n’avons pas de département recherche et développement mais nous travaillons avec des firmes portugaise, anglaise et française pour trouver le meilleur ». Actuellement, 1.500 personnes bénéficient de ce soutien dans la province. Par an, ce sont pas moins de 30.000 appels auxquels doit faire face le call-center de APS. Pour ce faire, ils sont 13 à se relayer de jour comme de nuit pour toujours être disponible.

Pour découvrir les coulisses du service Samaritel, APS vous donne rendez-vous le dimanche 6 octobre dans le cadre de la Journée découverte entreprise soutenue par Sudpresse.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Sa-ma-ri-tel : ces quatre syllabes résonnent à vos oreilles depuis 1987. En 32 ans, le service d’aide aux personnes à mobilité réduite a construit sa réputation grâce à sa fiabilité. Mais aujourd’hui, il ne suffit plus d’être fiable pour rester à la page, il convient aussi d’être flexible et confortable. Alors si les cordons jaunis auxquels pend une espèce de bouton-poussoir sont toujours d’actualité, l’innovation arrive à grand pas. « Les fournisseurs font de plus en plus d’effort au niveau du design.

** ******* ****** ***** ************ ******* **** ** ******** *** ***** ** ****** *** ** ************** ******************** **** ********* ******* ** ******** *** **** ** ************* ** **** ***** ** ****** ** *** ***** *************** ** ******** **** ****** ** ******** ** ******** ** *** ****** **** ******* ****** ********** ** **** ****** ** ****** ** ****** **** ** ** ********* ************* *** **** ** ****** ********* ** ************ ***** ** *********** ***** ** ***************** **** *** ******* ** **** ************* ** ****** *** ** ** * ***** *** ** ** ************* ***** ** ******* ****** **** ** ******* ** **** ******* *********** ** ****** ** ********* **** ******** *** ******** **************** *************** ** ** **** ****** *** ******* ** ***** *** ****** ************ ** *** ****** ******* **** **** ** ********* *** **** **** ********** ** *** ******** ** *********** *** ****** *********** ************ *** **** ** ** ******** ** *********** ** ***** **** *********** ***** ** ******* ***** ** ****************** **** ******** *******

********* ************

**** ************** *** ****** *************** ********** ************ *** ******************** ************ ********* ********** ** ****** *********** ***** ********* **** ***** ********** **** ******* ** ******** ************** **** ****** ** ****** ** *** ** ********* ****** ***** ******* ****** ** *** ***** **** **** *** *************** ** ******* ** ****** *** ***** ****** ***** ** ****** ******* **** ******* *********** *********** **** ************* **** ***** ****** ********** *** **** ********* ** ******* ** *** ** ** ** ********** ************ ******** *********** ****** **** ******** ** ******** ** *** **************** **** ********** ** ****** ** ** ******* *************** ** ************* ** ** ****** ***** *** **** **** ******* ** *********** **** *** ********** ********

** **** *** ******** ******* ********* *** ********* *************** *********** *** **** ****** ** ********* *** ******** ********** ****** ***** ** **** ********** ** ******* **** **** ** ***** ********** ** ******** *** **** *** ****** ****** **** ***** ********** ************ ************

*** **** ***** ** **********

********** ***** ** ******* ******* ******** ** ****** ** ******* ** *** ******** ***** **** **** ** ********** ** ** **** ********* *** ** ******** **** ** ******** **** **** ********* **** ** ******* ********** *** ********* ************ ******* ******************* ****** *** ******** *** **** ** ******* **** *** **** ****** ** ****** ** ******* ** **** *** **** ** ** ****** ****** ** ******* **** *** ************** *** ** ******** *** **************** ********* ** ***********

************ ** *** ******** ** **** *** ********* ** ****** ***** *** ***** *** **** ******* **** ** ***** ******* ********** ***** *** **** *** ** ******** *** ******** ******* ***** **** *** ** ******** ** **** ********* ** ******** *** ***** **** ** ***** *** ***** ** ****** ********** *** ***** ** **** ********** **** ** ***** *** ** ***** *** ************ ** **** ******* **** ** ***** ************** ************ ******* ******** *** ** ***** ** ******* ** **** *** ** ***** ** *** ************ ******* **** **** *** **** **** ******* **** ****** *** ************* ** ********* ** ********** ***** ****************** ************ ***** *** *********** **** *** ******** ** *** **** *** ******* ********** **** ** ****** ** ******** ****** ********** *** **** ** ******* ** ** ***** *** *****************

*** *********** *** ******

** ************* *** ******* ******* ******* ** ********** ** **** ***** ******** *** ********* **** **** ****** *** ** ********** *** *** ******* **** ******** ******* ********* *** ******** ********** ** ******* *** *** **** ******************** **** ** ********** ** *** ******** ****** *** ** **** *********** ********** * * **** ** ******* ******** ** *** ******* ****** ** ** **** **** *** ** ** *** ************* ** **** ***** ***** **** *********** **** *** ******** **** ******** *** ************** ** *** ******** **** ***** *** ** ********* *** ********** **** ****** **** ******* **** ****** ** **** ****** *** ******* ** *** ******** **** ********* *** ** ************ ********* ** ************** **** **** *********** **** *** ****** *********** ******** ** ********** **** ******* ** ***************** ************* ***** ********* ************* ** ** ******* **** ** ********* *** *** ** **** *** ***** ** ****** ****** ******** **** ***** **** ** *********** ** **** **** ** ****** *** **** ** ** ** ******* ** **** ***** ** **** **** ******** ***** ***********

**** ********** *** ********* ** ******* ********** *** **** ***** *********** ** ******** * ******* **** ** ***** ** ** ******** *********** ********** ******** *** **********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles