La finale de l’Euro 2012 entre l’Espagne et l’Italie divise la Belgique entière (sondage)

Dimanche aura lieu la finale de l’Euro entre l’Espagne et l’Italie (comment ça, vous le saviez?) Une rencontre qui divise la Belgique en deux. Ibériques ou Transalpins, chacun est sûr de son coup. Mais au final, il n’y aura qu’une seule vérité, celle du terrain.

Et qu’un vainqueur...

Depuis un mois et le début de l’Euro en Ukraine, chaque match de ces deux équipes engendre des concerts de klaxons et nous offre de superbes scènes de liesse. Ce sera encore le cas dimanche, sauf qu’il y aura forcément des déçus...

Victoire de l’Italie”, lance Pascal de Nivelles. “2-1 pour l’Espagne”, réplique Sébastien de Braine-l’Alleud tandis que Luigi, de Beaufays, assure que “deux buts, un de Pirlo et un de Balotelli, vont offrir le titre à la Squadra”.

Miguel, de Bouge, lui, est beau joueur. S’il espère un succès espagnol, il ajoute qu’il “craint le beau jeu de l’équipe italienne”.

Les paris sont ouverts et chacun choisit son camp. “Si on gagne cette année, ce serait magnifique et historique. La rivalité entre l’Espagne et l’Italie existe depuis toujours. Nous sommes voisins en quelque sorte”, explique Sébastien Sanchez, fan de la Roja. “Je pense que l’Espagne peut l’emporter 1-0. L’équipe sera concentrée et le match se déroulera comme en poule, avec beaucoup de respect entre les deux formations”, continue Jaume Avino, de Waterloo.

Walter BASEGGIO: “L’ITALIE A ÉTÉ SOUS-ESTIMÉE”

Côté Italien, même si la place en finale n’était pas assurée en début de tournoi, la confiance règne à présent. “Beaucoup de gens ont sous-estimé l’Italie. Elle a montré un très beau visage durant tout le tournoi. C’est une belle finale en perspective. J’espère que les Italiens vont jouer comme ils savent si bien le faire: avec de l’envie, vifs, solidaires avec de l’engagement et bien entendu, avec un jeu tactique très malin”, avoue Walter Baseggio.

Mais quel que soit le résultat, l’ambiance dans les rues risque d’être très chaude avant le match et certainement aussi bien après le coup de sifflet final. Italiens et Espagnols ont le don pour mettre l’ambiance où ils passent.

Alors qui de Balotelli, Buffon, Iniesta ou encore Casillas soulèvera le trophée dimanche soir? La réponse sur le terrain dès 20h45 mais à n’en point douter, le coup d’envoi sera donné bien avant, aux quatre coins du pays.

Et Pad’R de conclure: “Pour une caricature, je vais éviter les clichés avec un taureau italien mais je suis tenté de faire quelque chose avec Balotelli. Dommage que Cristiano Ronaldo ne soit pas finaliste, cela aurait fait une finale au cheveu.”