Italie - Espagne en finale de l’Euro: duel de supporters, duels d’hommes

Cette finale “ ibérico-transalpine ” promet de magnifiques duels, ce dimanche soir. Outre le prestige, ce sont aussi des hommes qui vont s’opposer, de grands joueurs, quelques-uns des meilleurs dans ce monde footballistique. La lutte pour le titre de meilleur gardien du monde entre Buffon et Casillas, la confrontation des meneurs Pirlo face au duo Xavi et Iniesta, et la “ guerre ” attaque-défense entre Balotelli et Ramos.

BUFFON - CASILLAS: LES GARDIENS CAPITAINES

On commence par les buts avec le choc entre les deux meilleurs gardiens de ces dix dernières années. Capitaines de leur équipe, portiers providentiels sur ce tournoi, Gianluigi Buffon et Iker Casillas vont croiser les gants à Kiev.

“Gigi”, 34 ans, est plus expressif, hurle l’hymne national les yeux fermés, harangue sa défense jusqu’à la dernière seconde, et ne relâche jamais la pression. Après la demi-finale victorieuse contre l’Allemagne, il ne décolérait pas contre le but concédé dans le temps additionnel, sur penalty (2-1).

Il a réussi plusieurs parades décisives, comme en quarts contre l’Angleterre, où il sort un arrêt capital en début de match et bloque le tir au but d’Ashley Cole.

Casillas, 31 ans, est plus calme, mais tout aussi sûr que Buffon, sa référence. En finale, “San Iker” espère dominer son ancien modèle grâce à des réflexes comme face au Croate Rakitic en match de poule, ou lors d’une séance de tirs au but, comme celle remportée en quarts de finale il y a quatre ans entre les deux équipes.

PIRLO - XAVI: LA BATAILLE DU CIEL

Deux maestros du jeu à la conduite de balle aérienne, Andrea Pirlo et Xavi Hernandez, vont se croiser. Le métronome italien, meilleur joueur de l’Euro pour l’instant, est le maître absolu du jeu de la Nazionale. Il ne perd jamais un ballon et trouve toujours des ouvertures. Il a même réussi un but, un coup franc direct contre la Croatie, et deux passes décisives.

Si Pirlo plane, Xavi n’est pas dans les meilleures dispositions, entre sa position trop basse sur le terrain et la fatigue accumulée au cours de la longue saison avec Barcelone... Son complice au Barça, Andrés Iniesta, excellent lui sur cet Euro, pourrait prendre le relais. Il est l’homme des grands rendez-vous, à l’image de son but victorieux en fin de finale du Mondial 2010 contre les Pays-Bas.

BALOTELLI-RAMOS: “ LE ” DUEL DE CETTE FINALE

Mario Balotelli, muselé par deux Anglais en quarts de finale, a ensuite avalé la défense centrale allemande en demi-finale, réussissant un doublé. Mais il aura peut-être plus de mal face à la charnière espagnole, notamment contre Sergio Ramos, le patron de l’arrière-garde. Le Madrilène a déjà pu prendre ses repères face à “Super Mario” lors du match de poules (1-1), où il avait été défié physiquement par le puissant italien... mais sans céder.

Depuis, le défenseur central a enchaîné les performances de haut vol. Son passage du côté droit à l’axe est une réussite et l’une des explications à l’hermétisme de la défense espagnole (1 but encaissé... face à l’Italie).

Ramos a en outre un mental d’acier, comme l’a montré sa Panenka en demi-finale contre le Portugal, faite pour effacer la frustration de son tir au but manqué en demi-finale de la Ligue des Champions face au Bayern Munich.

Mais “Balo” n’est plus le même après son doublé somptueux en demi-finale, et si son mental se met au niveau de son adresse et de sa puissance, le choc va être étincelant!