Standard: nos cinq inconnues pour la saison à venir

>1. Ron Jans saura-t-il proposer du beau jeu ?

Dès son arrivée, il a donné le ton: “ Nous prônerons un jeu offensif en partant d’une base solide en défense ”. Et quand un coach hollandais vous dit cela, croyez-nous, il fera tout pour tenir ses promesses. Que ce soit avec les joueurs, avec les supporters et même avec la presse, l’homme passe très bien.

>2. Que valent les trois nouveaux Bulot, Biton et Ajdarevic ?

On a déjà une petite idée de ce que peut apporter l’Israélien. Si, à Charleroi, il n’a pas convaincu dans une équipe aux abois, ses stats plaident en sa faveur à Cracovie (12 buts en 20 apparitions). Le Français bénéficie d’un statut d’international Espoirs et vient de connaître une saison complète en Ligue 1. Il était apprécié du côté de Caen. Enfin, le Suédois, également international Espoirs, a inscrit le but de la victoire contre Bâle. Son jeu ravit Ron Jans même s’il n’a pas encore démontré toutes ses qualités.

>3. Quand pourra-t-on compte sur un Ogunjimi à 100% ?

Après un périple loupé dans les Baléares, il faudra sûrement être patient pour qu’il retrouve toutes ses sensations.

Pour la reprise ou dans le courant du mois d’août, on prend les paris qu’il sera à 100 % et qu’il va claquer des buts!

>4. Gonzalez aura-t-il le niveau pour être le meneur de jeu attendu ?

Son potentiel est énorme. Son expérience aussi. Du noyau de l’année dernière, Nacho Gonzalez était sans conteste l’un des plus talentueux. Le contexte des PO1 n’était pas l’idéal, OK, mais l’Uruguayen a prouvé qu’il avait bien entendu tout le bagage pour diriger la manœuvre au Standard.

>5. Qui pour assurer la lourde succession de Sinan Bolat ?

Lors de ses multiples apparitions, Anthony Moris n’a pas déçu, mais il faut bien avouer qu’il n’a pas convaincu non plus. C’est la raison pour laquelle on s’affaire en coulisse afin d’attirer un gardien plus expérimenté et que les Liégeois ont jeté leur dévolu sur Eiji Kawashima.