Georges Leekens nous a reçus en exclusivité: “J’aurais dit non au Standard ou à Anderlecht”

13 mai 2012. Jour de Clasico entre Anderlecht et le Standard. C’est la fin de saison. Bientôt les vacances.

Et puis bardaf, la nouvelle tombe... Enorme, elle surprend tout le monde: Georges Leekens quitte son poste à la tête des Diables rouges pour prendre en mains le FC Bruges.

Pour la première fois, deux mois après cette journée où son capital sympathie a littéralement plongé, Georges Leekens a reçu Sudpresse à Knokke, où il est actuellement en stage avec les Blauw en Zwart.

Quand le peuple le qualifie de vendu, lui répond qu’il est homme de défis et que “celui proposé par le FC Bruges est grand”. “L’argent n’a rien à voir. Seul Bruges, où j’ai fait presque toute ma carrière de joueur pouvait me détourner des Diables. Je suis un homme honnête et correct. Même en cas d’offre identique de la part du Standard ou d’Anderlecht, j’aurais dit non. D’ailleurs, je peux vous confier que j’ai refusé un certain nombre d’offres mirobolantes, en provenance de pays lointains. De Russie et du Qatar, notamment. C’était très bien payé mais j’ai dit non. Et puis, il y a eu Bruges, le club de mon cœur... C’est ce qui a fait la différence. Franchement, je ne suis pas un homme d’argent.

Découvrez la totalité du reportage de Philippe Dewitte dans les pages de La Meuse, La Capitale, La Province, La Nouvelle Gazette et Nord Eclair de ce jeudi 12 juillet.