Le Tournaisis “ saturé par les éoliennes ”

Le groupement recense, de la sorte, dans un rayon de 15 kilomètres autour du projet Nordex à Quartes et Thimougies, pas moins de 52 éoliennes déjà implantées ou en cours d’installation ou encore à l’étude. “ On pourrait alors trouver toutes ces éoliennes dans un périmètre géographique restreint, caractérisé par un niveau de sensibilité paysagère élevé et d’un attrait touristique évident ”, note l’association.

Parmi ces 52 éoliennes, on trouve le projet d’implantation de cinq mâts à Quartes et Thimougies (Nordex), mais aussi les sept éoliennes de Saint-Maur, Bruyelle et Ere, les dix implantées par Electrabel et Ideta à Leuze, le projet Windvision de Tourpes (7), la centrale en construction à Moustier-Frasnes (4), les six éoliennes prévues à Celles-Pecq, de même que le projet de cinq mâts à Melles et Mourcourt (Wind Forever) et enfin, les huit de Tournai-Ouest, également à l’état de projet (Ideta et Luminus).

Trop, c’est trop selon le groupe d’opposition qui ajoute, en outre, faire abstraction des éoliennes prévues juste à l’extérieur du périmètre des 15 km comme Estaimpuis (6 éoliennes), Esplechin (6 éoliennes) ou encore le projet “ latent ” de Maubray (8 éoliennes).

“ Vent de raison ” estime “ incompréhensible d’assister à une recrudescence de projets éoliens dans des zones paysagères qualifiées de zone d’exclusion pour les éoliennes ”, comme ce serait pourtant le cas pour l’ensemble paysager dans lequel s’inscrit le projet Nordex.

Des propos en tout cas qui font échos à ceux des riverains de Quartes et de Thimougies, fervents opposants à ce projet dans leur voisinage.