Peugeot dévoile son plan social et le gouvernement son plan automobile mercredi

Le constructeur automobile a mis à l’ordre du jour d’un nouveau comité central d’entreprise extraordinaire (CCE) qui se tiendra à son siège parisien “ le projet de réorganisation des activités industrielles et de réduction des effectifs ”.

Ceci comprend la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, au nord de Paris, la réduction de l’activité à celle de Rennes (ouest) et “un plan de réduction des effectifs” hors production, applicable à tous les autres sites.

L’annonce de ce plan le 12 juillet avait fait l’effet d’une bombe, et provoqué la colère des syndicats.

Le premier constructeur automobile français et deuxième européen brûle environ 200 millions d’euros de liquidité par mois depuis un an et ne s’attend pas à un retour à l’équilibre de son flux de trésorerie opérationnel avant fin 2014.

Le gouvernement, lui, doute des difficultés rencontrées par PSA, qui souffre de la chute des ventes en Europe, son principal marché. Le président français François Hollande a accusé sa direction de “ mensonge ” et d’avoir reporté l’annonce de son projet à l’après-présidentielle. Il a jugé ce plan social inacceptable en l’état et veut qu’il soit “ renégocié ”.

Parallèlement, le gouvernement multiplie les consultations avant la présentation de ses mesures d’aides à la filière auto. Lundi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recevra le président du directoire de PSA Philippe Varin. Mercredi, ce sera au tour du numéro un de Renault, Carlos Ghosn.