Waterloo: Du matériel sanitaire dispo’ à tout moment grâce au SPMS

Vous êtes victime d’un accident (sportif ou autre) ou vous souhaitez partir en balade en foret, mais ce n’est pas possible à cause de votre chaise roulante? Le SPMS de la Croix-Rouge de Waterloo est là pour pallier à ce problème. “ Nous louons des chaises roulantes, des béquilles, des lits électriques et des chaises trouées notamment. Notre service est très peu connu du grand public. Les gens ne savent pas qu’ils peuvent venir louer du matériel sanitaire pour un prix plus que démocratique. Notre objectif n’est pas de faire des bénéfices mais bien d’aider les personnes dans le besoin ”, explique Alain Vanderkelen, bénévole du SPMS de la Croix-Rouge de Waterloo.

Pour en profiter, rien de plus simple qu’un petit coup de téléphone au service qui est disponible 24h/24 et 7j/7. “ Il suffit de nous appeler au numéro 0472/98.01.48. Il y a toujours quelqu’un pour vous répondre. Ensuite, nous pouvons même livrer le matériel au domicile des demandeurs. C’est notamment le cas pour la location des lits électriques. Sinon, les gens peuvent venir directement sur place pour emporter ce dont ils ont besoin ”, continue Alain Vanderkelen.

D’autant plus qu’il s’agit d’un service ouvert à tous, Waterlootois ou non. “ Les locataires viennent de partout en Belgique. Nous avons même quelqu’un d’Anvers qui est venu pour louer notre hippocampe. Des touristes en visite à la butte du Lion par exemple peuvent aussi profiter de ce service. Et ce, même s’ils partent ensuite sur Bruges. Ils ne devront pas faire l’aller-retour car il est possible de laisser la chaise dans une autre section de la Croix-Rouge.

Les personnes à mobilité réduite ne sont d’ailleurs pas les seuls à faire appel au SPMS de la Croix-Rouge de Waterloo. “ De temps en temps, des femmes enceintes font appel à nous pour louer un lit électrique. Il s’agit vraiment d’un service ouvert à tout le monde avec pour but de faciliter la vie des gens et de permettre à tout le monde de profiter d’agréables instants en famille ”, conclut Alain Vanderkelen.