Critiques sur les J.O. à la RTBF: Michel Lecomte commence à en avoir marre

“ Ces Jeux Olympiques sont, et de loin, les plus suivis de ces dernières années ”, assène-t-il. “ Et nos audiences à nous sont excellentes. Franchement, si le téléspectateur n’était pas satisfait de ce que nous lui proposons, ça se sentirait dans les audiences et dans les retours qu’il nous fait parvenir. Il n’y a pas de désamour, j’en suis sûr. Nous faisons systématiquement de meilleurs scores d’audience que France Télévisions. Dans les audiences, le rapport est parfois de 1 à 5 en notre faveur, alors que France Télévisions travaille avec vingt fois plus de moyens que nous... Ils sont une armada, nous ne sommes qu’une poignée. C’est notre réalité, elle n’explique pas tout, mais peut expliquer certaines choses quand même. Avoir un spécialiste pour tous les sports que nous couvrons eh bien, c’est impossible! Mais cela n’empêche pas notre offre et notre produit d’avoir de la gueule. J’en ai marre qu’on nous critique tout le temps. ”

 

On a bien compris. N’empêche que le téléspectateur, habitué au ton détendu d’un Benjamin Deceuninck, peut avoir été désorienté par la présentation d’un Christophe Delstanches moins souriant. Ou par l’erreur de Pierre-Yves Deprez s’enthousiasmant pour Phelps... alors qu’il avait perdu!

“ L’Euro, c’était un autre produit... Christophe a très bien travaillé ”, estime Michel Lecomte. “ Il s’étoffe de jour en jour... Quant à Pierre Deprez, on a mauvaise grâce de lui reprocher cette erreur. Je préfère mettre en avant la complicité qu’il a entretenue avec le consultant André Henveaux. Vous savez, même une institution comme Nelson Monfort, qu’on ne met jamais en cause, est critiquable! ”