Tia Hellebaut: “Je suis moins stressée que voici quatre ans à Pékin ”

“Je me sens capable de sauter 2 mètres. Cela reste mon objectif”, explique-t-elle. “Les derniers entraînements se sont très bien déroulé, j’ai sauté haut. A quel point ? Je préfère ne pas le dire (rires)”.

Tia Hellebaut, 34 ans, est généralement considérée comme candidate à une médaille mais conserver l’or semble plus compliqué. “Je vais devoir me surpasser pour y arriver et espérer que dans le même temps, les autres filles connaissent une défaillance. Je ne sais pas si c’est réaliste”.

“Quatre filles ont déjà sauté plus de 2 mètres cette année”, rappelle Hellebaut, qui a pour sa part réussi 1,97 m. “Si elles font tous les quatre mieux que leur meilleure performance de l’année, on parle alors de sauts à 2,03m ou 2,04m. Mon objectif, c’est 2m, on verra bien. Je préfère ne pas parler de médaille car je pourrais en ressortir déçue même si j’atteins mon objectif de 2m. Il importe d’abord de se qualifier car les séries ne sont pas exemptes de pièges pour les favorites”.

Tia Hellebaut dit être en tous cas moins stressée qu’il y a quatre ans. “Je suis plus âgée et plus avisée. Et à Pékin, la Belgique n’avait pas encore remporté de médaille à l’entame du dernier week-end, cette fois nous en avons trois”.