Michelle Martin: Monseigneur Léonard ne souhaite pas commenter une décision de justice

Le plus haut dignitaire de l’Eglise catholique en Belgique ajoute que la libération de l’ex-femme de Marc Dutroux et les conditions y afférentes sont de l’entière responsabilité des autorités civiles et judiciaires.

Monseigneur Léonard fait savoir dans ce communiqué qu’il est conscient que cette éventuelle libération de Michelle Martin “suscite beaucoup d’émotion chez les victimes et leurs familles” et qu’elle “rencontre incompréhension et colère chez une bonne partie de la population”.

Il insiste également sur le fait que les soeurs Clarisses de Malonne ne sont pas sous l’autorité directe d’un évêque. “Elles ont pris leur décision en toute autonomie”, écrit-il, “sans concertation avec les évêques. Elles ont soupesé les conditions de l’accueil, et respectent les décisions légales du tribunal”.

L’archevêque de Malines-Bruxelles conclut en rappelant que “l’accueil que les soeurs pourraient offrir éventuellement à Michelle Martin ne peut porter préjudice au choix, sans équivoque, que les évêques ont fait, dans le dossier des abus d’enfants, d’être du côté des victimes et de leurs proches. Ce choix est et demeure prioritaire pour les évêques.”