En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

15% n’arrivent pas à équilibrer vie privée/vie professionnelle

Les travailleurs stressés sont de moins en moins nombreux à parvenir à équilibrer leur vie privée et leur vie professionnelle. 14,4% affirment: «J’arrive vraiment facilement à mener de front ma vie professionnelle et ma vie personnelle». 32,8% pensent pouvoir le faire, c’est toutefois 27,5 points de moins que lors de la précédente enquête de 2012 (60,3%). «Alors qu’il y avait peu de différence hommes/femmes en 2012, 28% des femmes contre 38% des hommes partagent cette affirmation en 2019», précise Delphine Ancel, la Responsable des Études chez Solidaris.

38,6% font face à trop d’informations

4 travailleurs stressés sur 10 assurent devoir sans cesse gérer un flot important d’informations comme des mails, notes, réunions… «C’est stable vis-à-vis de 2012. On observe toutefois une diminution de la part de ceux qui ne se sentent pas du tout dans cette situation. On est passé de 30% en 2012 à 22,7% en 2019. Soit moins 7,3%», précise Delphine Ancel.

Plus de 2 sur 10 ont peur de décevoir

24,6% des travailleurs sont stressés car ils ont peur de décevoir leurs collègues, supérieurs ou clients. Ils n’étaient que 17,3% à le dire lors de la précédente enquête. 35,2% s’opposent à cette affirmation. C’est cependant 17,8 points de moins qu’en 2012 (53,2%).

1 sur 10 n’aime pas le cadre de travail

Ils sont toujours plus nombreux à dire que leur cadre de travail n’est pas agréable (12,7% en 2019 contre 7,7% en 2012). C’est donc une hausse de 5%. À l’inverse, on est passé en 7 ans de 54,9% de personnes qui assuraient apprécier leur cadre de travail à 30%. «Cette évolution est davantage tirée par les femmes qui passent de 56% à 26% quand cela varie «seulement» de 20 points chez les hommes (56% à 33%)», détaille l’experte Solidaris.

1/5 menacés de licenciement

21,4% des sondés assurent qu’il y a «de vrais risques de licenciement dans mon travail et qui pourraient me concerner directement». Un chiffre stable. Par contre, ils ne sont plus que 44,7% à ne pas avoir de telles craintes. C’est 10,6 points de moins qu’il y a 7 ans.

33% ont un métier trop physique

«1/3 des travailleurs stressés doivent faire des efforts physiquement pénibles, ce qui constitue une progression de près de 12 points par rapport à 2012 (22%)», précise l’experte de Solidaris. 39,8% n’ont pas ces soucis.

1 sur 10 n’a pas de bons horaires

14,9% des travailleurs stressés ont des horaires qui ne leur conviennent absolument pas. C’est 10% de plus que lors de la précédente enquête de 2012. 48% s’opposent à cette affirmation, c’est 18,1 points de moins qu’en 2012. «Globalement l’évolution touche toutes les tranches d’âge dans des proportions similaires, de même que pour le genre», précise l’experte Solidaris.

11% ne sont pas à l’aise avec la hiérarchie

49,4% des travailleurs stressés assurent qu’ils ont vraiment une bonne relation avec leur(s) supérieur(s). C’est 16,1% de moins qu’il y a 7 ans. «Alors qu’en 2012, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes (72% Vs 61%) à être positives, elles sont désormais moins nombreuses (46% vs 53% des hommes). Soulignons qu’en 2019 les plus jeunes semblent avoir de meilleures relations avec leur N+1 (6 sur 10)», détaille Delphine Ancel.

Près d’un quart se voit imposer des objectifs

En 2012, plus de 4 travailleurs sur 10 avaient leur mot à dire dans la façon d’atteindre leurs objectifs, ils ne sont plus qu’un tiers en 2019. 22% assurent n’avoir aucun pouvoir.

1 travailleur sur 3 n’a pas assez de considération

29% des travailleurs stressés estiment que, «dans leur entreprise ou administration, la hiérarchie ne manifeste absolument pas de la considération pour le personnel». 26% disent que oui. Un chiffre en forte baisse vis-à-vis de 2012 où ils étaient 40,2% à le penser! «En 2012 comme en 2019, au plus on vieillit au plus ce sentiment diminue», analyse la Responsable des Études chez Solidaris. «Alors que les femmes étaient près d’une sur deux à répondre par la positive en 2012, elles sont désormais moins nombreuses que les hommes».

37,8% estiment que les évaluations et promotions sont injustes

Près de 40% pensent que «l’évaluation des personnes et les promotions ne sont pas faites de façon juste dans leur entreprise/administration». 16,9% réfutent. Ils sont toutefois moins nombreux qu’en 2012 où ils étaient 31,5% à estimer que tout cela était correctement établi.

Près de 2 sur 10 font face à de la compétition

17,8% des travailleurs stressés pensent qu’il y a trop de compétition entre les gens dans leur entreprise. C’est 4,1 points de plus qu’en 2012. 39,2% disent ne pas subir cela. C’est une baisse de 11,8% (51% en 2012).

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

*** ************ *** ** *********** *** *********** ***************

*** ************ ********* **** ** ***** ** ***** ******** ** ******** ** *********** **** *** ******* ** **** *** **************** ***** ********** ************ ******** ********** ** ***** ** ***** ** *** *************** ** ** *** ************** ***** ******* ******* ** ****** ******* ********* **** ****** ** ***** *** **** ** ** ************ ******** ** **** ******** ******* ******* * ***** *** ** *********** ************* ** ***** *** *** ****** ****** *** *** ****** ********* ***** *********** ** ******* ******** ******** ****** ** *********** *** ******* **** **********

***** **** **** ** **** ****************

* ************ ********* *** ** ******** ****** **** ***** ****** ** **** ********* **************** ***** *** ****** ****** ************ ********* ****** ********** ** ***** ** ******* ********* *** ********** ** ** **** ** **** *** ** ** ******* *** ** **** **** ***** ********** ** *** ****** ** *** ** **** ** ***** ** ***** **** ***** ******* ******** ******** ******

**** ** * *** ** *** **** ** *********

***** *** ************ **** ********* *** *** *** **** ** ********* ***** *********** *********** ** ******** *** ************ *** ***** ** ** **** **** ** ** ************ ********* ***** ************ ** ***** ************ ******* ********* **** ****** ** ***** ******* **** ********

* *** ** ******** *** ** ***** ** *******

*** **** ******** **** ******** ** **** *** **** ***** ** ******* ******* *** ********* ****** ** **** ****** **** ** ****** ******* **** *** ****** ** *** ** ************ ** *** ****** ** * *** ** ***** ** ********* *** ********** ********** **** ***** ** ******* ** **** ******* ********** *** ********* ****** *** *** ****** *** ******* ** *** ** *** ***** **** ***** ************* ** ** ****** **** *** ****** **** ** ******* ********* *********** **********

*** ******** ** ************

***** *** ******* ******** ******* * * **** ***** ******* ** ************ **** *** ******* ** *** ********** ** ********* ************** ** ******* ******* *** ******* *** ** **** **** *** ***** ** ** *** ***** ** ****** ********* ******* **** ****** ** ***** ******* * * * ****

*** *** ** ******* **** ********

***** *** ************ ********* ******* ***** *** ******* ************ ********** ** *** ********* *** *********** ** ***** ** ** ****** *** ******* ** **** ******** ******** *********** ** ********** ***** ******* *** *** *******

* *** ** ***** *** ** **** ********

***** *** ************ ********* *** *** ******** *** ** **** *********** ********** **** ******* *** ** **** *** **** ** ** ************ ******** ** ***** *** ************ ** ***** ************ ******* **** ****** ** ***** ******* ***** ************* ************** ****** ****** *** ******** ******** **** *** *********** *********** ** ***** *** **** ** ******** ******** *********** **********

*** ** **** *** ** ******** **** ** ***********

***** *** ************ ********* ******** ******** *** ******** *** ***** ******** **** ******* ************** ******* ***** ** ***** ******* * * * **** ******* ******* ***** *** ****** ******** **** ********** *** *** ****** **** ** **** ** ***** ********** ***** **** ********** ***** ********** **** ** *** *** ******** ********** ******* **** *** **** ****** ******** ***** ** ********** ********* **** **** *** ** *** ****** ********* ******** ******

***** ****** ***** ** **** ******* *** *********

** ***** **** ** * ************ *** ** ******* **** *** ** **** **** ** ****** ************* ***** ********** *** ** **** **** ******* ***** ** ***** *** ******** ********* ***** ********

* *********** *** * ***** *** ***** ** **************

*** *** ************ ********* ******** **** ****** **** ********** ** *************** ** *********** ** ********* ********** *** ** ** ************** **** ** ************ *** ****** *** **** ** ******* ** ***** ****** ********** ** **** *** *** ******** ***** ** ** ******* **** **** ***** ** ***** ** **** ** ******** ** **** ** ********* ********** ******* ** *********** *** ******* **** ********** ******* *** *** ****** ******** ***** ******* *** **** ** ********* *** ** ******** ** ***** ***** **** ********** ***** ********** *** *** *********

***** ******** *** *** ************ ** ********** **** ********

***** ** *** ******* *** ***************** *** ********* ** *** ********** ** **** *** ****** ** ****** ***** **** **** **************************** ***** ********** *** **** ********* ***** ******** ******* **** *** *** ******** ***** ** ******* *** **** **** ****** ************ ********

***** ** * *** ** **** **** ** ** ** ************

***** *** ************ ********* ******* ******* * * **** ** ************ ***** *** **** **** **** *********** ******* *** ****** ** **** ******* ***** ***** ****** ** *** ***** ***** ******* *** ****** ** ***** **** ** ******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en Verviers Sport

Voir plus d'articles