Une "michetonneuse", copine de Zahia: "Jamais je n’aurais cru que c’était illégal de faire ça"

Ainsi, dans une enquête du journaliste Laurent Borrendon pour le compte du Monde.fr, Dora B., copine de Zahia Dehar, une des neuf personnes renvoyées devant le tribunal correctionnel de Paris, entre autres avec Ribéry et Benzéma, s’exprime ainsi lors d’une garde à vue: “ Jamais je n’aurais cru que c’était illégal de faire ça. ”

C’est là qu’arrive le terme “ michetonneuse”, soit “ Une fille intéressée par les stars, les gens qui ont des moyens et qui peut donner son corps moyennant finance ou matériel, avantages... ”, expliquent un rappeur et un footballeur de l’équipe de France aux enquêteurs.

Une fille résume l’enchaînement des faits l’ayant amenée là: A 18 ans, la jeune fille se met à sortir sur les Champs-Elysées. Pas besoin d’avoir des moyens ; si on a les formes, on ne paie jamais. Un soir, elle se rend dans l’une des boîtes de nuit de l’avenue. Dans le carré VIP, un homme l’invite à prendre un verre puis à rentrer chez lui, à Neuilly. Le lendemain, il lui laisse un billet pour le taxi... et 500 euros.

Elle rencontre Zahia lors d’une soirée avec des footballeurs, l’accompagne en Allemagne, en février 2009 sur un job d’”escort”, sans prestation sexuelle, puis au Festival de Cannes, cette fois pour se prostituer. Elle “fait 8 000 euros”, bien loin de la future scandaleuse, dont elle estime la recette à “30 000 euros”.