Des petits-enfants de nazis marchent depuis Auschwitz contre l’antisémitisme

Organisée à l’initiative d’une église protestante indépendante allemande, TOS, avec le concours d’églises protestantes et d’ONG en Pologne, la marche s’achèvera vendredi sur le site du camp de Treblinka, à 100 km au nord-est de Varsovie. Sur leur chemin, les participants se rendront sur les sites des anciens camps de Belzec (sud-est), Majdanek (sud-est), Sobibor (est) et Chelmno (centre), ont précisé les organisateurs.

“Nous avons eu cette idée chez nous, à Tübingen (sud de l’Allemagne), où beaucoup de gens ont découvert en étudiant l’histoire de leur famille que leurs proches avaient été impliqués dans des crimes nazis”, a expliqué à l’AFP Heinz Reuss, de l’église allemande TOS.

“Les participants marcheront en se relayant par petits groupes entre plusieurs camps d’extérmination installés en Pologne par l’Allemagne nazie. Ils veulent ainsi demander pardon pour ce qu’avaient fait leur grands-parents et briser une sorte de conjuration du silence sur ces actes en Allemagne”, a déclaré à l’AFP l’un des organisateurs, Zbigniew Judasz.

Le début de la marche a été précédé par une cérémonie devant le mémorial de Birkenau, camp jouxtant celui d’Auschwitz, symbole de l’Holocauste dans le sud de la Pologne.

Les marcheurs ont ensuite pris la route vers Kielce (170 km au sud de Varsovie), portant les drapeaux allemand, polonais et israélien.

Quelque six millions de Juifs européens, dont trois millions de Juifs polonais, ont péri pendant la Seconde guerre mondiale.