Waterloo: deux voleurs au tournevis confondus par un examen osseux

Dans la lutte contre les cambriolages, les examens osseux constituent une pratique de plus en plus sollicitée pour confondre les délinquants non identifiables et qui prétendent être mineurs d’âge, a indiqué jeudi un porte-parole du parquet de Nivelles.

Une patrouille de police a surpris, mercredi après-midi à Waterloo, deux individus quittant une propriété de l’avenue Napoléon et dont le manège suspect avait interloqué un voisin. Il s’agissait d’un jeune homme et d’une jeune femme portant un tournevis. Des traces de pesée ont été relevées sur un châssis de l’habitation sise dans ladite propriété.

Une fois interpellés, les deux suspects qui n’avaient aucun papier d’identité ont déclaré être mineurs d’âge. Les autorités judiciaires ont donc décidé de pratiquer sur eux un examen osseux, lequel a révélé qu’ils étaient bien majeurs.

La jeune femme est soupçonnée d’avoir perpétré 17 faits de cambriolages. Les deux individus ont été placés sous mandat d’arrêt par un juge d’instruction nivellois.

L’examen osseux constitue en une radiographie des os qui permet, avec une marge d’erreur d’un an, de déterminer l’âge exact d’un suspect. Ce type d’examen est de plus en plus demandé lorsque le suspect tente de nous tromper à propos de son âge réel ”, précise-t-on au parquet de Nivelles.