En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Caldy Denis est très abattu. Il a conscience que le tir de chevrotine qu’il a reçu dans les jambes jeudi dernier aura de lourdes répercussions sur sa vie. « Je rattrape quelques sensations dans les jambes mais c’est très léger », explique l’Honnellois. « Je suis toujours alité à l’hôpital. Pour l’instant, impossible pour moi de poser le pied au sol et de marcher. »

Ce grand sportif se pose énormément de questions car actuellement, il ne sait pas du tout dans quelle mesure son corps récupérera de l’agression dont il a été victime. « Pour l’instant, les médecins ne savent pas me dire si je vais tout récupérer. Ça peut changer d’un patient à l’autre. On m’a en tout cas dit que je ne pourrais peut-être plus courir comme je le faisais auparavant et que je devrais peut-être me tourner vers d’autres sports qui demandent moins d’efforts au niveau des jambes. »

De nombreuses interrogations

Une nouvelle qui a complètement chamboulé l’habitant des Honnelles qui passe ses journées à faire du sport. Ce coach sportif gère notamment une salle de fitness. « C’est dur à vivre. Psychologiquement, je suis au plus bas. Je sais que je vais désormais être limité. Me voilà handicapé ! Mais je suis indépendant. J’ai besoin de faire du sport pour gagner ma vie. J’aurais aimé recommencer mes activités au plus vite. Je ne sais vraiment pas comment je vais faire… »

Dans son malheur, Caldy Denis a toutefois eu un peu de chance car à quelques millimètres près, il aurait pu perdre l’usage de ses deux jambes. « Les plombs sont très profonds, à tel point que les médecins n’ont pas pu tous les retirer. C’était trop dangereux. Si ces plombs avaient encore été un peu plus loin dans mes jambes, je n’aurais jamais pu remarcher. »

« Scandaleux ! »

Pour rappel, alors que Caldy Denis était de dos, son voisin Jean-Jacques lui a tiré dans les mollets avec un fusil de chasse. L’arme étant munie d’une chevrotine : c’est une centaine de plombs qu’a reçus l’homme, touchant ses deux jambes et le faisant tomber à terre. L’Honnellois est resté une bonne heure au sol avant d’être emmené en ambulance. Il a été opéré le lendemain matin.

Il est évidemment toujours aussi remonté contre son voisin, qui a rapidement été relâché. Ce dernier reste cependant poursuivi pour coups et blessures et ses armes, détenues illégalement, ont été saisies. « Il peut continuer à vivre sereinement malgré ce qu’il a fait alors que moi je suis bloqué à l’hôpital », souffle Caldy Denis. « Je suis sidéré. C’est tout simplement scandaleux ! »

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

***** ***** *** ***** ******* ** * ********** *** ** *** ** ********** ******* * ***** **** *** ****** ***** ******* **** ** ******* ************** *** ** **** ********** ******** ******** ********** **** *** ****** **** ******* ***** *************** ******** *************** ********** **** ******** ****** ** ************* **** ************ ********** **** *** ** ***** ** **** ** *** ** ** ****************

Sudinfo

Aussi en Sport

Voir plus d'articles